International › APA

Transport lagunaire à Abidjan: des investisseurs expriment un «très fort intérêt» pour le projet Aqualine

Des investisseurs internationaux ont exprimé, mardi à Johannesburg, au deuxième jour de la deuxième édition du Forum Investir en Afrique ou African investment forum (AIF), un «très fort intérêt» pour le projet ivoirien de transport lagunaire Aqualine.Ce projet porté par la Compagnie ivoirienne de transports lagunaires (Citrans), « inclut la construction de gares ainsi que l’approvisionnement en bateaux de qualité qui permettent de proposer une alternative à la mobilité urbaine», a déclaré à APA, Marie-Laure Akin-Olugbadé, Directeur général du Bureau régional de développement et de prestations de services de la Banque africaine de développement (BAD) pour l’Afrique de l’Ouest.

Créée en mars 2014, la Citrans a obtenu de l’Etat ivoirien une concession en BOT (Build–operate–transfer) de 25 ans pour l’exploitation de transport lagunaire de personnes par bateaux bus dans le District d’Abidjan dans le cadre du transport public.

 «J’ai l’assurance que le montant recherché par cet entrepreneur ivoirien sera mobilisé. Nous avons au moins autour de la table cinq ou six investisseurs qui ont manifesté un très fort intérêt» a expliqué Mme Akin-Olugbadé qui a présidé la session.

« Le projet est particulièrement intéressant parce qu’il permet de répondre à un besoin social très fort qui est la mobilité urbaine. C’est un projet qui permet de résoudre le problème de pollution atmosphérique et surtout de capitaliser sur l’incroyable lagune Ebrié qui dessert pratiquement toutes les zones d’Abidjan», a-t-elle poursuivi.

Au cours de cette session, Zoumana Bakayoko, Président directeur général de Citrans et promoteur du projet  a fait une présentation sur laquelle les investisseurs ont eu l’occasion pendant 45 mn de poser toutes les questions pour leur permettre d’arriver à une décision d’investissement.

« Je suis heureuse de voir un entrepreneur du secteur privé, un projet qui répond également à un grand besoin de service public de qualité et surtout d’exploiter une ressource inexploitée de la Côte d’Ivoire qui est la lagune », a conclu la patronne de la BAD en Afrique de l’Ouest.

Interrogé également par APA, l’Ivoirien Zoumana Bakayoko a relevé trois dimensions de son projet.

« Nous avons présenté le projet Aqualine qui est un projet à trois dimensions: la construction des gares qui permette une proximité avec les populations, la construction des bateaux adaptés à notre plan d’eau lagunaire et le déploiement » a-t-il expliqué, indiquant que l’objectif est de résoudre « essentiellement des questions de réduction de temps, de parcours et de coût ». 

M. Bakayoko a présenté son projet devant des investisseurs canadiens, japonais, africains et européens. « Nous nous félicitons du fort intérêt qu’ils ont marqué pour notre projet surtout dans sa phase développement », a-t-il souligné, précisant que la première phase du projet a été déjà réalisée.


« C’est sûr que ça ne représente que 10% du potentiel. Pour aller plus loin, il faut parler avec ces genres d’investisseurs » a encore ajouté Zoumana Bakayoko « très heureux et optimiste » après cette «victoire» acquise grâce à la BAD.

Selon lui, cette première phase, « nous donne la capacité de déployer des moyens pour transporter 15 à 16 000 passagers par jour alors qu’aujourd’hui à Abidjan les besoins sont dix fois plus ».

 « Nous avons réalisé la première phase. C’est d’être accompagné sur la deuxième et troisième phase avec des moyens qui endossent mieux ce type d’investissement avec des taux bas. Dans la première phase, nous avons eu des taux de dette très élevés, nous avons eu des maturités aussi très courtes qui ne sont pas adaptées à ce genre de projet», a-t-il encore expliqué.

« Aujourd’hui, nous sommes en face des investisseurs capables d’aller sur des maturités plus longues, 15 ans, 20 ans et surtout sur des taux qui nous permettent de donner des coûts très accessibles aux populations », a conclu le Directeur général de Citrans.

Plus de 2000 délégués issus de 109 pays dont 49 pays africains prennent part depuis lundi à cette deuxième édition de African Investment Forum prévue les 11, 12 et 13 novembre 2019 et au cours de laquelle des projets d’un montant de près 67 milliards de dollars seront négociés.

Organisé par la Banque africaine de développement (BAD) et le gouvernement sud-africain,  African Investment Forum vise à mobiliser des capitaux pour le financement de projets en direction des pays africains.

Au cours de ces assises, des rencontres transactionnelles sont organisées entre des promoteurs de projets à caractère privé ou des projets qui sont en partenariat public-privé avec des investisseurs du continent et du monde entier.

Ce forum a notamment  pour partenaires la Société financière africaine, la Banque d’exportation et d’importation pour l’Afrique, Africa 50, la Banque de commerce et de développement (TDB), la Banque islamique de développement (BID), la Banque de développement de l’Afrique australe et la Banque européenne d’investissement (BEI).


loading...


À LA UNE
Retour en haut