International › APA

TICAD: Le Maroc dénonce les « contrevérités » de la diplomatie tunisienne

La Tunisie a réagi samedi à la décision du Maroc de rappeler son ambassadeur à Tunis après l’accueil réservé au chef du front polisario invité à prendre part à la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD-8). Rabat a jugé la réponse de Tunis truffée « de nombreuses approximations et contrevérités ».Le communiqué publié vendredi soir par le ministère tunisien des Affaires étrangères pour tenter de justifier a posteriori l’acte hostile et profondément inamical des autorités tunisiennes à l’égard de la question du Sahara, «contient de nombreuses approximations et contrevérités», indique samedi le porte-parole du ministère marocain des Affaires étrangères. 

«Loin de lever les ambiguïtés qui entourent la position tunisienne, il n’a fait que les approfondir», précise le porte-parole du ministère. La TICAD ne constitue pas une réunion de l’Union Africaine, mais un cadre de partenariat entre le Japon et les pays africains avec lesquels il entretient des relations diplomatiques, ajoute la même source, précisant que la TICAD fait, ainsi, partie des partenariats africains, comme il en existe avec la Chine, l’Inde, la Russie, la Turquie ou encore les États-Unis, et qui ne sont ouverts qu’aux États africains reconnus par le partenaire. 

En conséquence, les règles de l’Union Africaine et son cadre de travail, que le Maroc respecte entièrement, ne s’appliquent pas en l’occurrence, souligne-t-on. Concernant l’invitation de l’entité séparatiste à la TICAD-8, le porte-parole du ministère tient à préciser qu’il a été convenu dès le départ et avec l’accord de la Tunisie, que seuls pourront prendre part à cette rencontre, les pays ayant reçu une invitation cosignée par le Premier ministre japonais et le Président tunisien. 

Une note verbale officielle diffusée par le Japon, le 19 août 2022, souligne explicitement que cette invitation cosignée est «l’unique et authentique invitation sans laquelle aucune délégation ne sera autorisée à participer à la Ticad 8», en précisant que «cette invitation n’est pas destinée à l’entité mentionnée dans la note verbale du 10 août 2022», c’est-à-dire l’entité séparatiste, précise-t-on de même source, ajoutant que c’est dans ce cadre que 50 invitations ont été envoyées aux pays africains qui ont des relations diplomatiques avec le Japon et que la Tunisie n’avait donc pas le droit d’établir un processus d’invitation unilatérale, parallèle et spécifique à l’entité séparatiste, contre la volonté explicite du partenaire japonais. 

Le porte-parole du ministère souligne en outre que le communiqué de la Tunisie fait preuve de la même approximation sur la position africaine. Cette position a toujours été fondée sur une participation inclusive des Etats africains, et non pas des membres de l’UA. Elle est fondée sur la Décision 762 du Sommet de l’UA, qui précise que le cadre de la Ticad n’est pas ouvert à tous les membres de l’UA, et que le format est défini par la même décision et par les arrangements avec le partenaire. Même la résolution du Conseil exécutif de Lusaka de Juillet 2022, s’est contenté d’ «encourage[r] l’inclusivité» tout en la conditionnant par «la conformité avec les décisions pertinentes de l’UA», en l’occurrence la Décision 762, a-t-il expliqué. 

Pour ce qui est du fond de la neutralité et de la référence du Communiqué au « respect des résolutions des Nations Unies » par rapport à la question du Sahara, il a relevé que l’abstention surprenante et inexpliquée de la Tunisie lors de l’adoption de la résolution 2602 du Conseil de Sécurité, en octobre dernier, jette un doute sérieux et légitime sur son soutien au processus politique et aux résolutions des Nations Unies. 

Par rapport, enfin, à l’accueil réservé par le chef de l’Etat tunisien au chef de la milice séparatiste, le porte-parole a noté que la référence obstinée du communiqué tunisien à «l’accueil des invités de la Tunisie sur un pied d’égalité» suscite la plus grande surprise, sachant que ni le gouvernement tunisien ni le peuple tunisien ne reconnaissent cette entité fantoche. Il témoigne d’un acte d’hostilité aussi flagrante que gratuite, et qui n’a rien à voir avec la «tradition d’hospitalité tunisienne» qui, en tout état de cause, ne peut en aucun cas s’appliquer aux ennemis des frères et amis qui ont toujours été aux côtés de la Tunisie dans les moments difficiles.

Après le rappel de l’ambassadeur marocain à Tunis suite à l’accueil fait au chef du Front polisario, Brahim Ghali, à la 8ème Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD), la Tunisie a décidé de prendre une décision similaire.

Ce samedi, Tunis annonce avoir aussi rappelé son ambassadeur. Dans un communiqué, le ministère tunisien des Affaires étrangères indique maintenir « une neutralité totale sur la question du Sahara occidental, en conformité avec la légitimité internationale ». « Une position qui ne changera pas tant que les parties concernées n’auront pas trouvé une solution pacifique acceptable pour tous ». Tunis affirme « son profond étonnement face à ce qui a été dit dans la déclaration du Maroc, contenant des préjugés inacceptables contre la République tunisienne et des mensonges concernant la participation (du Polisario) au sommet ».

« Si la Tunisie insiste, conformément aux constantes de sa politique étrangère, basée sur la non-ingérence dans les affaires intérieures des États et le respect de leurs choix, elle insiste également sur son refus d’ingérence dans ses affaires intérieures et la suprématie de sa décision nationale », souligne le communiqué de la diplomatie tunisienne.

La diplomatie tunisienne poursuit en disant vouloir « préserver ses relations historiques amicales, fraternelles et anciennes avec le peuple marocain » et rejette la déclaration du Maroc, l’accusant d’adopter « une position agressive envers le Maroc et de nuire aux intérêts marocains ».


L’Union Africaine (UA) a fait circuler un mémorandum invitant tous ses membres, y compris le chef du Front Polisario, à participer au sommet de la TICAD, ajoute-t-on.

Aussi, le président de la Commission africaine a par ailleurs adressé une invitation directe à Brahim Ghali pour qu’il participe au sommet. La Tunisie « a respecté toutes les procédures d’organisation liées à l’accueil du sommet, conformément aux dispositions juridiques relatives à l’organisation des sommets, des conférences et des réunions de partenariat », fait savoir le ministère tunisien des Affaires étrangères.

Vendredi, le Maroc avait rappelé son ambassadeur en Tunisie en protestation de l’accueil en grande pompe du chef du Polisario. Le Royaume a également décidé d’annuler sa participation au Sommet Afrique-Japon.

Le rappel du diplomate marocain et l’annulation de la participation marocaine sont justifiés par « l’attitude de ce pays dans le cadre du processus du forum de coopération Japon-Afrique qui vient confirmer de manière flagrante son hostilité à l’égard du Royaume » , indique encore le communiqué

« Après avoir multiplié récemment les positions et actes négatifs à l’égard du Royaume du Maroc et de ses intérêts supérieurs, l’attitude de la Tunisie dans le cadre du processus de la TICAD vient confirmer de manière flagrante son hostilité », précise le ministère dans un communiqué.

« L’accueil réservé par le chef de l’Etat tunisien au chef de la milice séparatiste, est un acte grave et inédit, qui heurte profondément les sentiments du peuple marocain et de ses forces vives », rappelle la diplomatie marocaine.

« Face à cette attitude hostile et préjudiciable aux relations fraternelles que les deux pays ont toujours entretenues, le Royaume du Maroc a décidé de ne pas participer au 8ème Sommet de la TICAD qui se tient en Tunisie les 27 et 28 août courant et de rappeler immédiatement en consultation l’Ambassadeur de Sa Majesté le Roi à Tunis », poursuit le communiqué.

Et de rappeler que « cette décision n’affecte en rien les liens forts et intacts entre les peuples marocain et tunisien, qui sont liés par une histoire commune et un destin partagé » . « Elle ne remet pas en cause non plus l’attachement du Royaume du Maroc aux intérêts de l’Afrique et à son action au sein de l’Union Africaine, ni ne remet en cause l’engagement du Royaume au sein de la TICAD » , insiste le communiqué.

La Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD) s’est ouverte, ce samedi 27 août, à Tunis. Le Premier ministre japonais Fumio Kishida suit le sommet de la TICAD par vidéo-conférence, depuis Tokyo, car il a contracté le Covid-19. Il aurait tant aimé être à Tunis pour dire que le Japon augmentera ses aides à l’Afrique de 40% pour les trois années à venir, selon le journal économique Nikkei.



L’Info en continu
  • Tchad
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 31.05.2022

La Centrale électrique de gaz de Moundou

Moundou, la capitale économique du Tchad, s’apprête à dire au revoir aux multiples délestages grâce à l’énergie électrique. La construction de cette nouvelle centrale électrique…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldutchad.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut