Société › Actualité

Tchad: les théologiens contre l’utilisation de la bible lors de la prestation de serment

Des hommes de Dieu ont tenu une conférence ce weekend à N’Djamena au cours de laquelle, ils ont dénoncé ce nouveau point inscrit dans la constitution de la 4e république.

 

Le débat sur la formule lors de la prestation de serment au Tchad est relancé. Les théologiens de la Faculté de Théologie Evangélique ont organisés une conférence-débat sur le sujet le samedi 28 juillet dernier. Le thème de cette conférence qui s’est déroulé à l’Assemblée Chrétienne La Bonne Nouvelle était  « La prestation de serment dans la république laïque ».

Il a été question pour les pasteurs présents de démontré que la nouvelle formule adopter pour les prestations de serment va à l’encontre des pratiques chrétiennes. Cette formule est tout simplement selon eux,  contraire à la laïcité et à la République.

Selon deux des organisateur de cette conférence, Pr Abel Ndjérareou et Dr Abel Ngarsouldé les écritures saintes ont fermement interdit à tout chrétien de prêter serment. « Avant toutes choses, mes frères, ne jurez ni par le ciel, ni par la terre, ni par aucun autre serment. Mais que votre oui soit oui, et que votre non soit non, afin que vous ne tombiez pas sous le jugement », a rappelé le Pr Abel Ndjerareou citant la bible au livre de Jacques  au chapitre 5 verset 13.


« Il n’est nullement mentionné  dans la Bible qu’un chrétien doit prêter serment. Prêter serment c’est prêter allégeance à une autorité, chose qui est contraire aux prescriptions bibliques », poursuivent-ils.

Pour le pasteur Abel Ngarsouledé, « La formule de prestation de serment confessionnelle sur les livres saints, la Bible et le Coran, porte atteinte aux principes constitutionnels qui sont, entre autres, la laïcité, l’unité nationale, la cohésion pacifique. »  Pour mieux appuyer son argumentation l’homme de Dieu a d’ailleurs donné une définition de la laïcité. C’est « une conception d’organisation et d’éthique basée sur la liberté d’exprimer son opinion ».

En conclusion, Les conférenciers ont appelé les chrétiens à ne pas prêter serment de peur d’attirer la colère de Dieu sur eux et sur leur famille. Pour rappel, après la ministre Rosine Amane Djibergui, cinq hauts fonctionnaires de l’inspection générale d’Etat, un service chargé d’auditer la gestion des fonds publics, ont été limogés pour avoir indiqué à leur hiérarchie qu’ils ne peuvent, en raison de leur foi chrétienne, jurer comme l’indique l’ordonnance instaurant le serment confessionnel.

 


loading...


À LA UNE
Retour en haut