Société › Actualité

Tchad : Michaëlle Jean venue cherche le soutien de Deby

La Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie est candidat à sa propre succession à la tête de l’organisation. Elle a été reçue en audience par le président ce 02 aout.

 

Michaëlle Jean est sur le sol tchadien. La Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) a été reçue à la présidence hier 02 aout. Au cœur de la discussion avec le Idriss Deby Itno, sa réélection à la tête de l’organe.

En effet, la Canadienne compte briquer un nouveau mandat au sein de l’OIF. Et pour cela, elle espère avoir un soutien auprès du Tchad. Ça avait d’ailleurs déjà été le cas il y’a quatre lorsqu’elle se présentait pour la première fois à ce poste.

Elle a ainsi promis de promouvoir une fois réélue, la langue et la culture francophone de par le monde. Durant deux heures donc la femme politique a comme qui dirait « draguer » le Chef d’Etat du Tchad.

Surtout qu’il faut faire vite. C’est vrai que c’est seulement dans environ deux mois que se tiendra le Sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement qui aura lieu en Arménie. C’est donc maintenant qu’il faut batailler pour rallier le maximum de personnes à sa cause.

Les 11 et 12 octobre prochains le sommet d’Arménie permettra de connaitre l’issu des votes de l’élection qui aura opposé candidates, Michaëlle Jean du Canada et Louise Mushikiwabo du Rwanda.


Marie Michaëlle Eden Jean née le 6 septembre 1957 à Port-au-Prince en Haïti, est une femme d’État, diplomate, animatrice de télévision et journaliste canadienne. De septembre 2005 à septembre 2010, elle est la vingt-septième gouverneure générale du Canada, la troisième femme à occuper ce poste. Polyglotte, elle parle cinq langues : français, anglais, espagnol, italien et créole haïtien.

Michaëlle Jean est désignée par consensus secrétaire générale de la Francophonie le 30 novembre 2014 lors du XVe Sommet de la francophonie à Dakar, devenant ainsi la première femme nommée à ce poste.

 

 

 

 


loading...


À LA UNE
Retour en haut