› Politique

Tchad : Mahamat Ahmat Alhabo revient sur la disparition du Pr Ibni Oumar

L’actuel ministre de la Justice, Mahamat Ahmat Alhabo, par ailleurs secrétaire général du parti PLD, se prononce de nouveau sur la disparition tragique du Pr Ibni Oumar Mahamat Saleh.

« JE NE SUIS PAS UN CANCRE »!

« Dans la présentation des rapports de la Commission N°1 : Paix, Cohésion sociale et Réconciliation nationale, il a été recommandé, en page 25, de mettre en place un mécanisme de vérité, justice, réparation et Pardon, notamment en ce qui concerne la situation des personnes disparues forcées.

Pour ceux qui ne le savent pas, Ibni Oumar Mahamat Saleh, ancien SG du PLD, est une personne disparue forcée depuis le 3/2/2008. Le PLD a déposé une plainte contre X, le 5/2/2008 au Parquet de grande instance de N’Djaména. L’affaire a été jugée, après une longue enquête. Une décision de non-lieu a été rendue par la juridiction nationale.

La disparition forcée est, selon la règlementation en vigueur, un crime. Et tout crime est imprescriptible.

Dès lors, ce dossier peut être rouvert par le juge si des informations ou éléments nouveaux et tangibles peuvent être lui présentés par la défense.


Tous les éléments en notre possession dans cette affaire ont été versés au dossier par nos soins, lors du premier procès.

C’est pourquoi, en tant que partie civile dans cette affaire, nous avons lancé, solennellement au DNIS, un appel à toute personne qui détiendrait une information précieuse sur la disparition de Ibni-Oumar Mahamat-Saleh de nous la transmettre, car cela permettra à nos avocats de saisir à nouveau la justice pour que la vérité et le droit soient dits. Interviendra ensuite le pardon dans le cadre de la réconciliation et la refondation d’un nouveau Tchad.

Vous aurez compris que je n’ai pas parlé en ma qualité de Garde des Sceaux, Ministre de la Justice mais en tant que Secrétaire Général du PLD.

Et j’ai toujours, autant que faire se peut, éviter le mélange du genre. Et je ne peux pas non plus profiter de ma fonction ministérielle pour faire pression sur les magistrats pour des intérêts personnels. Il s’agit là d’une question des principes et d’éthique pour éviter tout mélange du genre. Ce faisant, je pense, en mon fort intérieur, que je ne suis pas un cancre !

Mais je peux aussi comprendre que la morale et l’éthique ne sont pas la tasse de café de tout le monde et que les règles de la justice ne sont pas, non plus, à la portée des petits esprits et des novices !».



L’Info en continu
  • Tchad
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 31.05.2022

La Centrale électrique de gaz de Moundou

Moundou, la capitale économique du Tchad, s’apprête à dire au revoir aux multiples délestages grâce à l’énergie électrique. La construction de cette nouvelle centrale électrique…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldutchad.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut