› Eco et Business

Tchad: les commerçants du marché de Mil inquiets quant à la reconstruction

Ceux-ci craignent que la réalisation des travaux de ce marché qui aliment d’autre pays limitrophes, entraine leur faillite.

 

Les commerçants du marché à Mil du Tchad sont inquiets. En cause : le projet de reconstruction et d’exploitation de ce plus grand marché de la région, créé en 1903. Ce projet, en quête de partenaires économiques, devrait être exécuté par une entreprise soudanaise, Tewa Global Technologie. Le gouvernement, avec l’appui de l’Agence française de développement (AFP) avait déjà réalisé des travaux de modernisation en 2000. Ce marché historique alimente tout le pays mais aussi d’autres pays de la région comme le Soudan, le Niger ou encore le Cameroun. Mais avec ce projet, bon nombre de commerçants craignent de faire faillite.


« Nous les commerçants, commerçantes, vieillards, veuves, orphelins, handicapés, etc. qui exerçons nos activités au Marché à Mil sommes inquiets, car nous n’avons pas d’autres ressources pour suivre que de ce marché. Nous nous tournons vers notre seul et ultime recours son Excellence Idriss Déby Itno, président de la République pour nous sauver », pensent les commerçants tchadiens.

« C’est un marché historique, il est le grenier de la population tchadienne et des pays voisins. Mais à notre grande surprise, le 14 mai 2018, les autorités communales nous ont informés du projet de reconstruction et d’exploitation du Marché à Mil, soit deux jours seulement avant la pose de la première pierre qui a eu lieu le 17 mai 2018 », avait expliqué le président de la CONOCOT Saleh Goudja Mallah. Pour les vendeurs du marché de Mil, le déguerpissement de ce marché va paralyser davantage les activités commerciales et entrainer une baisse des revenus.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut