Eco et Business › Tech

Tchad : Huawei va former des jeunes dans les TIC

La société chinoise et le gouvernement tchadien un signé un accord de partenariat en début de semaine.

 

Le géant chinois de la télécommunication, Huawei, s’est engagé à former des dizaines de jeunes Tchadiens dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC), ce qui vient renforcer la coopération déjà fructueuse entre les deux pays.

La ministre tchadienne des Postes et des Nouvelles technologies de l’information et de la communication, porte-parole du gouvernement, Ndolenodji Alixe Naïmbaye, et le directeur de Huawei Tchad, Sun Wei, ont paraphé lundi soir un protocole d’accord de coopération, lançant de facto la première édition du projet « Seeds for the future » (ou « Semence du futur ») au Tchad. Ce projet permettra d’envoyer des étudiants et enseignants-chercheurs tchadiens se former dans le domaine des TIC en Chine.

Pour l’année en cours, dix étudiants seront sélectionnés dans les différentes universités du pays. En Chine, ils apprendront la culture chinoise, effectueront des stages de deux semaines dans le domaine des TIC et visiteront le siège de l’entreprise chinoise Huawei.

Le directeur général de l’Ecole nationale supérieure des technologies de l’information et de la communication (ENASTIC), Idriss Saleh Bachar, s’est réjoui de cet accord qui permettra à son institution de définir un cadre global de référence de partenariat avec la prestigieuse société Huawei dans le domaine de la formation, de la recherche et de l’innovation des TIC.

Le projet « Seeds for the future », initié par Huawei, témoigne de « la parfaite coopération qui existe entre Huawei Technologies et le ministère des Postes et des nouvelles technologies de l’information et de la coopération, et, par extension, des bonnes relations qui existent entre la République du Tchad et la République populaire de Chine », a déclaré la ministre Ndolenodji Alixe Naïmbaye.


Le président-directeur général de Huawei pour la région Afrique du Nord, Peng Song, a souligné que grâce aux efforts conjoints de Huawei, du gouvernement tchadien et d’autres partenaires, le secteur des télécommunications est en progrès au Tchad. Selon lui, le nombre d’utilisateurs de téléphones a augmenté de 500 000 en 2007 à 6,6 millions actuellement, avec un taux de croissance très élevé.

Depuis 2005, Huawei coopère avec les opérateurs de la téléphonie mobile au Tchad. C’est au géant chinois que le gouvernement tchadien a confié la réalisation des travaux de pose de la fibre optique devant lier N’Djaména, la capitale tchadienne, à la ville d’El-Geneina, au Soudan voisin, soit sur 1 500 kilomètres.

Ce projet dénommé « Amour du peuple chinois, sourire du peuple tchadien » et dont le coût est estimé à 19,3 milliards francs CFA (soit 34,4 millions de dollars), sur financement propre de l’Etat tchadien, est un exemple de la coopération gagnant-gagnant entre le Tchad et la Chine.

Il devra générer 1 000 emplois locaux et une centaine d’ingénieurs tchadiens seront formés au cours des travaux. Un projet grandiose et ardu de haute technologie qui utilise des équipements des plus modernes du monde, largement adoptés par les opérateurs des pays européens.

Selon ses promoteurs, ce projet renforcera la stabilité de la fibre optique du Tchad, diminuera les frais de sa location, permettra de naviguer à haut débit sur l’Internet et améliorera la performance des troisième et quatrième générations de la téléphonie mobile. En plus, ce projet réduira le fossé numérique qui existe entre le Tchad et les autres pays. Il servira de plate-forme sur lequel plusieurs applications pourront être réalisées, comme l’éducation et le traitement médical à distance.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut