Eco et Business › Energie

Tchad : énergies renouvelables, la solution énergétique

Le pays espère atteindre un taux d’accès à l’électricité de 53% sur tout le territoire et de 20% à l’échelle rurale d’ici 2035.

 

À la traîne sur les questions énergétiques, le Tchad compte bien bénéficier d’un contexte favorable pour développer le secteur de l’électricité renouvelable. Il s’est, pour cela, doté d’un nouveau cadre réglementaire et d’un plan d’actions.

Avec un taux d’électrification dépassant à peine les 8%, d’après les chiffres publiés par la Banque Mondiale, le Tchad affiche de grosses carences sur les questions énergétiques. Pourtant, fort de l’accord de restructuration de sa dette extérieure obtenu en février avec la société Glencore, le pays semble avoir entamé une phase de renouveau économique dont pourrait bien profiter le secteur des énergies renouvelables.

Faire bondir l’accès à l’électricité


Au cœur du mois d’août, l’ensemble des acteurs du secteur a ainsi validé une lettre de politique énergétique qui fixe des objectifs clairs en la matière. D’ici 2030, le Tchad espère atteindre un taux d’accès à l’électricité de 53% sur tout le territoire et de 20% à l’échelle rurale. La part des énergies renouvelables devrait également être portée à 20% du mix énergétique.

Cette feuille de route s’accompagne de mesures législatives favorisant la libéralisation progressive du secteur. Jusqu’à présent, la Société Nationale d’Électricité (SNE) disposait d’un monopole d’État. Désormais, des opérateurs privés vont pouvoir bénéficier de licences d’exploitation, de transport et de distribution d’électricité afin d’investir dans le pays.

Des projets solaires sur les rails

Différents projets dans les domaines des énergies renouvelables viennent par ailleurs d’être lancés. Parmi eux, on trouve une centrale solaire de 32 MW, entièrement financée par la Banque Africaine de Développement (BAD) et installée au cœur de la capitale N’Djamena. Début 2018, le Tchad a également annoncé le déploiement d’un vaste programme de 23 millions de dollars, cofinancé avec la Banque islamique de développement (BID) et l’Office national d’électricité et d’eau du Maroc (ONEE), visant à fournir une électricité fiable aux zones rurales.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut