Société › Actualité

Tchad : Deux autres rhinocéros morts au parc de Zakouma

C’est le ministre de l’environnement, Sidick Abdelkérim Haggar qui en a fait l’annonce hier 06 novembre lors d’un point de presse.

 

La communication du ministre en charge de l’environnement confirme que deux carcasses supplémentaires de Rhinocéros noirs ont été découvertes au parc national de Zakouma, ce qui porte à quatre le nombre total de décès, sur les six bêtes réintroduites en mai dernier en République Sud-africaine. Deux autres rhinocéros ont été retrouvés morts dans le même parc fin septembre dernier. « Nous pouvons confirmer qu’aucun de ces rhinocéros n’a été braconné », informe le ministre.

Selon lui, les autopsies ont été effectuées sur les caresses des rhinocéros et divers échantillons de sang, de tissus et de matières fécales ont été envoyés à des laboratoires de pathologies spécialisées en Afrique du Sud et que les résultats histopathologiques obtenus jusqu’à présent n’indiquent pas qu’une maladie infectieuse ou la toxicité de plantes soit la cause du décès.


Il poursuit que des preuves sérologiques ont toutefois indiquées une exposition au trypanosome, un parasite dans le sang transmis par les glossines, mais qu’il n’est pas suspecté d’être à l’origine des décès. « Même si nous sommes toujours en train de réaliser des tests sur le cerveau et le liquide céphalorachidien pouvant nous éclairer davantage, leurs faibles réserves en graisse suggèrent que la cause sous-jacente probable pourrait être la mauvaise adaptation des rhinocéros à leur nouvel environnement », indique le ministre Sidick.

Il informe que suivant les conseils d’une équipe de vétérinaires dans la manipulation des rhinocéros noirs, les deux animaux restants ont été recapturés et placés dans des enclos afin de permettre une gestion plus étroite. A cette fin, un vétérinaire Sanparks a été envoyé au Parc national de Zakouma pour appuyer le processus. « Les engagements pris par les gouvernements de la République Sud-africaine et de la République du Tchad, ainsi que Sanparks et African Parks, restent d’actualité et les efforts se poursuivent pour établir clairement la cause du décès de quatre rhinocéros, ainsi que pour la sauvegarde des deux bêtes restantes », rassure le ministre.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut