Eco et Business › Agro-industrie

Tchad : 159 porcs morts d’une maladie non identifiée

 

Cent cinquante-neuf porcs de trois foyers d’élevage à Toukra, un quartier du 9è arrondissement de N’Djaména, sont morts d’une maladie non identifiée, a annoncé le ministre tchadien de l’Agriculture, dans une déclaration à la presse faite ce vendredi. Selon Lydie Béassemba, qui assure l’intérim de son collège de l’Elevage, les signes de la maladie donnent à penser qu’il s’agit de la peste porcine africaine comme ce fut le cas en 2010 dans toutes les régions du pays où l’élevage porcin est pratiqué.

Dans tous les cas, a-t-elle souligné, une mission d’investigation épidémiologique diligentée par la direction des services vétérinaires a fait des prélèvements qui ont ensuite été déposés à des fins d’analyse au laboratoire de l’Institut de recherche en élevage pour le développement (IRED).

Si le laboratoire indique qu’il s’agit bien de la peste porcine africaine, l’autorité vétérinaire nationale fera une déclaration officielle portant sur la réapparition de la maladie et fera également une notification à l’Organisation internationale des épizooties, a indiqué le ministre.


Un projet d’arrêté portant mesures conservatoires a été soumis, d’après le ministre de l’Agriculture, pour signature au délégué du gouvernement auprès de la commune de N’Djamena en vue de circonscrire le foyer et éviter ainsi la propagation de la maladie au reste des provinces du pays.

« La maladie n’est pas transmissible à l’homme mais elle est très grave pour l’élevage porcin qu’elle peut décimer rapidement si les mesures instaurées ne sont pas suivies à la lettre », a-t-elle ajouté.

Ce faisant, elle invite les éleveurs des porcs et la population dans la zone infectée à respecter les mesures conservatoires et à collaborer avec les services vétérinaires pour le contrôle et l’extinction des foyers déclarés.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut