International › APA

Réconciliation nationale et enseignement au menu de la presse en ligne burkinabè

Pas d'image

Les journaux en ligne burkinabè commentent, ce samedi, l’actualité nationale marquée par des sujets liés à l’enseignement et à la réconciliation.Wakatséra.com publie une déclaration de la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (CODER) sur le Dialogue politique annoncé par le président du Faso. 

«Séminaire gouvernemental : Le HCRUN et le gouvernement discutent de réconciliation », titre pour sa part, Burkina24.com, informant qu’un séminaire gouvernemental a réuni hier vendredi à Ouagadougou, le Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN) et le gouvernement au palais présidentiel de Kosyam. 

Le média en ligne précise qu’au sortir du séminaire, le Premier ministre burkinabè Christophe Joseph Marie Dabiré a souhaité l’instauration d’un dialogue permanent avec le HCRUN.

Parlant de cette rencontre, Lefaso.net ajoute que cette activité, qui a été marquée par des exposés, a permis d’enregistrer des contributions d’experts venus du Burundi et de la Tunisie sur la justice transitionnelle.

Le même site d’information évoque la conférence de presse animée à Ouagadougou, jeudi dernier par des avocats d’enseignants de la sous-région.


Selon Lefaso.net, «sur des professeurs agrégés, titulaires d’universités du Togo, du Bénin et de la Côte d’Ivoire, pèsent des accusations relatives aux +manquements de leur devoir éthique+». 

«Appelés le 16 avril 2016 au siège du Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES) sis à Ouagadougou, plus précisément devant la Commission d’éthique et de déontologie, les mis en cause ont dénoncé une violation des textes et des éléments basiques du droit dans la procédure », relate le journal en ligne. 

Et de mentionner que c’est pour prendre à témoin l’opinion publique nationale et internationale que les avocats de ces professeurs visés ont animé, ce jeudi, 18 avril 2018 à Ouagadougou, une conférence de presse sur le sujet.

A ce propos, Zoodomail.com affiche : «Cinq professeurs d’université accusent le CAMES de partialité».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut