International › APA

Ramaphosa promet «un nouveau départ» aux Sud-Africains

Pas d'image

Le président Cyril Ramaphosa, peu après avoir voté ce mercredi dans le cadre des élections législatives et provinciales en Afrique du Sud, a promis que son pays allait amorcer «un nouveau départ», gage d’ «une nouvelle aube».«Je suis passionnément confiant (…) la nation et notre peuple sont enthousiastes à l’idée de voter », le pays va connaître « une nouvelle aube, un nouveau départ, un nouvel espoir », a notamment dit le président sud africain, à l’issue de son voté en fin de matinée dans son township natal de Soweto (banlieue de Johannesburg), selon l’AFP reçue à APA.

L’ANC, au pouvoir 25 ans après la fin de l’apartheid en Afrique du Sud, devrait conserver sa majorité au Parlement face à ses deux principaux rivaux, l’Alliance démocratique et les Combattants pour la liberté économique (EFF).

Toutefois, le parti de l’ancien président Nelson Mandela est en perte de vitesse à cause « du chômage, de la corruption et de la pauvreté qui gangrènent le pays », affirment plusieurs observateurs, s’appuyant  sur les derniers sondages, qui tablent sur un recul de l’ANC de presque 10% par rapport à ses résultats de 2014.

Si la victoire de l’ANC permettra à Cyril Ramaphosa de demeurer à la présidence, il reste que le parti pourrait perdre le contrôle de certaines provinces sud-africaines, en cas d’alliance  entre l’Alliance démocratique et les Combattants pour la liberté économiques de Julius Malema.


Interrogé par RFI, Sipho Tombeni, patron d’une petite entreprise de taxi, estime que Ramaphosa n’aura pas les coudées franches pour mettre en place ses réformes vu qu’il est entouré de fidèles de l’ex-président Jacob Zuma (2009-2018), impliqués dans de nombreux scandales financiers.

Plus catégorique cet autre Sud-africain déclare : « Je ne veux pas que l’ANC se maintienne. Je veux que l’opposition soit renforcée, pour que l’ANC rende des comptes à quelqu’un. Donc je vais voter pour l’Alliance démocratique ».

Comme s’il avait entendu ces récriminations,  Cyril Ramaphosa ne cesse de rappeler qu’il est  l’homme du changement et qu’ainsi il va éradiquer la corruption, faire revenir les investisseurs étrangers et créer des emplois.


loading...


À LA UNE
Retour en haut