International › APA

Nigeria: les manifestations sanglantes se poursuivent, Buhari muet

La répression par l’armée des manifestations contre les violences policières au Nigeria a causé une dizaine de morts alors que la population attend toujours la sortie officielle du président Muhammadu Buhari.La mobilisation des jeunes a atteint son paroxysme mardi dernier. Selon Amnesty international, les forces de l’ordre ont ouvert le feu et tué au moins 12 personnes, sans compter des centaines de blessés. Les autorités confirment pour leur part la mort de plusieurs personnes sans avancer de chiffres, pendant que les images des violences sont devenues virales.

Les manifestations ont pris de l’ampleur depuis deux semaines dans plusieurs villes nigérianes, dont Lagos, mégalopole de vingt millions d’habitants et capitale économique du pays, et Abuja, sa capitale fédérale. Elles ont été déclenchées par une vidéo montrant des policiers abattant un homme de sang-froid. 

La Brigade spéciale de répression des vols (SARS), incriminée dans les exactions, a été dissoute depuis lors par le gouvernement. Mais cette mesure n’a pas réussi à calmer la furie des manifestants. La révolte populaire s’est muée, en effet, en une contestation globale du régime revendiquant la démission du chef de l’Etat fédéral, Muhammadu Buhari, dont le pouvoir est de plus en plus discrédité.

Le couvre-feu décrété mardi, dans huit États sur les 36 que comptent le pays pour contrer les violentes manifestations, a été renouvelé mercredi de 72 heures. Des pillages et des incendies d’édifices et institutions publics ont été notés dans plusieurs quartiers, où de nombreuses rues ont été bloquées par des barrages de fortune dressés par des bandes en colère.

Selon un éditorial du Monde, le soulèvement de la jeunesse urbaine se nourrit de « l’exaspération après un confinement anti-Covid-19 levé cet été, mais qui a asphyxié l’économie » de la première puissance économique du continent africain.

Le Nigéria est considéré comme l’un des pays les plus inégalitaires du continent. En mai 2017, un rapport d’Oxfam International a révélé que la richesse combinée de cinq plus riches Nigérians, soit 29,9 milliards de dollars, pourrait mettre fin à la pauvreté extrême dans le pays.


Réélu en février 2019 pour un second mandat, le président Buhari inquiète beaucoup de ses compatriotes à cause de son mutisme sur la situation que traverse le pays. Toutefois, le porte-parole de la présidence, Femi Adesina, a lancé un appel au calme, annonçant dans la foulée la mise en place d’un panel et un comité de justice dans plusieurs États de la Fédération. 

Ces instances auront pour mission d’apporter des réponses judicaires concrètes et rapides à la problématique des violences policières, fortement condamnées à l’international.

Outre les stars nigérianes de football Victor Osimhen et Odion Ighalo, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a appelé à « la fin des brutalités et des abus policiers » là où le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a condamné la répression sanglante de la manifestation.

Le candidat démocrate à la présidentielle américaine Joe Biden a également publié hier mercredi un communiqué pour demander au « président Buhari et à l’armée nigériane de cesser sa répression contre les manifestants au Nigeria, qui a déjà causé de nombreux morts ».



L’Info en continu
  • Tchad
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 04.09.2020

Tchad : le Lac Iro, une manne d’or pour les populations riveraines

Le lac Iro est l’un des cours d’eaux les plus attrayants du Tchad. Situé dans la ville de Kyabé, la pêche façonne le mode de…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldutchad.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut