International › APA

Mozambique: un million de personnes ont besoin de traitement ARV

Pas d'image

Au moins un million de personnes vivant avec le VIH et le Sida au Mozambique au cours des deux dernières années ont besoin d’un traitement antirétroviral.C’est le chef de cabinet du ministre de la Santé, Zachary Zindoga qui a tiré la sonnette d’alarme lundi à Maputo lors de la réunion d’évaluation programme PEPFAR (Plan d’urgence) mis en place dans le pays par le gouvernement américain pour permettre plus d’accès aux ARV pour les patients.

Zindoga a fait observer par ailleurs que, le nombre de structures sanitaires accueillant des personnes vivant avec le VIH/Sida avait également augmenté au cours de la même période.

« Beaucoup de choses ont changé. Le nombre de personnes sous traitement ARV a été multiplié par trois pour atteindre un million ces deux dernières années et le programme (PEPFAR) a permis d’élargir considérablement l’accès au diagnostic et au traitement du VIH entre 2016 et 2018 », a-t-il déclaré.

La pandémie du Sida sévit fortement au Mozambique où l’on estime que 1,8 million d’individus sur une population de 28 millions de personnes sont infectées par le VIH.


Rappelant que le VIH et le Sida sont un problème de santé publique, Zindoga a déclaré que la propagation de la maladie affectait l’économie nationale, la plupart des personnes infectées étant des personnes âgées de 15 à 49 ans.

Pour sa part, le chargé d’affaires de l’ambassade américaine au Mozambique, Bryan Hunt a déclaré qu’il était important de tout mettre en œuvre pour éviter une perte en vie humaine à cause du VIH et Sida.

Il a déclaré que le programme PEPFAR combattait la pandémie au Mozambique et dans 50 autres pays à travers le monde et avait permis de sauver la vie de 16 millions de personnes.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut