International › APA

Médiation angolaise dans le différend frontalier Ouganda-Rwanda

Pas d'image

Le président ougandais, Yoweri Museveni et son homologue rwandais, Paul Kagamé ont convenu de poursuivre le dialogue afin de trouver une solution durable aux éventuelles divergences entre leur pays.Selon une déclaration de la Présidence ougandaise, la rencontre entre les deux présidents s’est déroulée ce week-end à Luanda (Angola), en marge d’un sommet quadripartite, en présence du président hôte, Joao Manuel Lourenco, et du dirigeant de la RD Congo, Félix Tshisekedi.

Dans une brève allocution d’ouverture avant que les dirigeants n’entrent dans une séance à huis clos, le président Lourenco a déclaré que ce Sommet fait suite à celui qui s’est tenu le 31 mai 2019 à Kinshasa, entre la RD Congo, le Rwanda et l’Angola.

« Ce sommet portait sur les questions de sécurité, en particulier aux frontières des trois pays. Nous avons ensuite décidé de tenir une autre réunion à Luanda, en Angola, et nous avons également décidé d’inviter le président Museveni à participer au sommet », a déclaré le président Lourenco.

Il a ajouté que si l’ordre du jour initial était de discuter des questions de sécurité aux frontières des trois pays, il avait été élargi aux relations entre l’Ouganda et le Rwanda.

A la fin du Sommet, dans un communiqué lu par le ministre angolais des Affaires extérieures, Manuel Domingos, il est indiqué qu’ « en ce qui concerne les relations entre le Rwanda et l’Ouganda, le Sommet s’est félicité de la volonté des deux parties de poursuivre le dialogue en vue de trouver une solution au problème existant ».

Les chefs d’Etat ont également annoncé que l’Angola, avec le soutien de la RD Congo, a été chargé de faciliter ce processus.

Cette initiative intervient peu après la fermeture continue de la frontière entre l’Ouganda et le Rwanda.


Le poste frontalier de Gatuna entre l’Ouganda et le Rwanda, fermé depuis le 27 février 2019, a été temporairement ouvert du 10 au 22 juin pour permettre au Rwanda d’évaluer l’opérationnalisation des travaux en cours et des infrastructures mises en place du côté rwandais du poste frontalier à guichet unique (OSBP).

Au départ, le Rwanda a affirmé avoir fermé les frontières pour pouvoir travailler au poste frontière à guichet unique.

Pendant la même période, le Rwanda a déconseillé à ses citoyens de se rendre en Ouganda, affirmant que les autorités ougandaises étaient en train de kidnapper, d’arrêter arbitrairement, d’emprisonner, de torturer et d’expulser illégalement des Rwandais.

L’Ouganda a également été accusé d’accueillir, de parrainer et de faciliter les activités des groupes terroristes, en particulier le Congrès national rwandais et les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) qui ont déclaré la guerre au Rwanda.

Le poste frontière de Gatuna-Katuna a toujours été le principal point de passage pour les camions de fret et le commerce transfrontalier, formel et informel, en direction du Rwanda, du Burundi et de la République démocratique du Congo.


loading...


À LA UNE
Retour en haut