Eco et Business › Finance

L‘économie de la CEMAC en souffrance

Voilà déjà plusieurs années que les six pays membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) subissent le contre coup de la baisse des prix du pétrole.

 

La logique voudrait qu’une communauté de six pays membres, dont cinq sont producteurs de pétrole, soit une zone économique en bonne santé.

Mais même si les prix du pétrole repartent à la hausse, la zone tarde à se remettre d’une longue période de tarifs en baisse.

La région souffre par ailleurs d’une faiblesse de sa monnaie, le franc CFA. Depuis 2016, le Fond Monétaire International est massivement intervenu dans quatre pays : au Cameroun, au Gabon, en Centrafrique et au Tchad pour éviter une dévaluation de la monnaie commune.

La dévaluation du Franc CFA de 1994 visait à résorber les déséquilibres économiques et financiers de 1980. Celle annoncée en 2018 montre une accentuation des mesures d’ajustement en zone CEMAC en rapport aux risques de change du Franc CFA


Une spirale économique que Hervé Diata, doyen de la faculté des sciences économiques à l’université de Brazzaville, qualifie de négative.

« La plupart des pays membres de la CEMAC sont en récession depuis 2016. Il se trouve que leurs taux de croissance sont négatifs. Ces pays se caractérisent également par des déficits budgétaires importants d’environ 3% du PIB pour l’ensemble de la CEMAC en 2017 contre 6,3% en 2016. Mais il faut aussi dire que cette diminution est dû à des efforts d’ajustement qui sont faits ces derniers temps, et que les cours du baril remontent petit à petit. »

Une meilleure balance commerciale leur permettrait de réduire leur dette. Pourtant, selon l’économiste français Francis Perrin, ceci ne garantit pas de pouvoir réduire la pauvreté au sein des populations.

« Dans plusieurs de ces pays, il est clair que le revenu par habitant, le bien-être de la population pourraient être à un niveau largement supérieur qu’il ne l’est, compte tenu des revenus pétroliers et parfois gaziers. Mais ils n’ont pas forcément fait l’objet d’une redistribution adéquate. L’argent découlant de ces revenus pétroliers est loin d’avoir toujours été géré dans l’intérêt de l’ensemble de la population de ces pays. »

Aux défis économiques s’ajoute la question sécuritaire qui pèse sur la croissance de certains pays membres de la CEMAC comme le Cameroun et la Centrafrique. En effet, la crise que traversent ces deux pays les empêche d’atteindre les objectifs fixés par la CEMAC.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut