International › APA

Le président sud-africain invité par Ouattara pour une visite officielle en Côte d’Ivoire

Pas d'image

Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a été invité par son homologue ivoirien à effectuer une visite officielle en Côte d’Ivoire, a annoncé jeudi Nkosazana Dlamini-Zuma, à l’issue d’un entretien avec le chef de l’Etat Alassane Ouattara, à Abidjan.M. Ouattara a « souhaité que le président de l’Afrique du Sud puisse effectuer une visite officielle en Côte d’Ivoire », a dit Mme Dlamini-Zuma, à qui il a chargé de « transmettre le message au président de l’Afrique du Sud ».

Cette audience intervient après un forum dénommé « La semaine de l’évaluation » sur l’agenda 2063 de l’Union africaine qui s’est ouvert ce jour au siège de la Banque africaine de  développement. Elle a indiqué qu’au cours des échanges, ils ont discuté de la situation économique en Côte d’Ivoire et des « progrès remarquables » qu’a connus le pays.

Mme Nkosazana Dlamini-Zuma, actuelle ministre auprès de la présidence de l’Afrique du Sud pour la planification, le suivi et l’évaluation, s’est dite « très heureuse de cette visite et d’avoir eu l’occasion d’échanger avec le président de la République ». 

 Elle a rappelé être venue plusieurs fois en Côte d’Ivoire, faisant remarquer que la situation du pays a « véritablement changé » au point où elle « n’a pratiquement pas reconnu la ville d’Abidjan ». L’ex-présidente de la Commission de l’Union africaine a félicité M. Ouattara pour ces efforts.


Les deux personnalités ont en outre parlé de la nécessité de promouvoir la transformation des produits agricoles, et le renforcement de la coopération entre l’Afrique du Sud et la Côte d’Ivoire, un pays  de l’Afrique de l’Ouest dont l’économie est basée sur l’agriculture.

Le président Cyril Ramaphosa a pris mi-février 2018 les rênes de l’Afrique du Sud après la démission de Jacob Zuma, éclaboussé par des scandales de corruption. Cet ex-patron du Congrès national africain (ANC), dirige depuis lors ce pays.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut