International › APA

La presse marocaine s’indigne de l’accueil du chef du polisario à Tunis

L’invitation par la Tunisie de l’entité séparatiste à la 8e TICAD est le sujet principal commenté par les quotidiens marocains parus ce lundi.+L’Opinion+ estime que la Tunisie « s’est fourvoyée avec le régime des généraux », dénonçant la décision « unilatérale » de Tunis d’“inviter les polisariens à la TICAD” et de réserver “même un accueil présidentiel au chef de la milice séparatiste”.

“Nul n’ignore que cette décision inédite est d’architecture algérienne et que le pouvoir tunisien a les mains liées” pour des raisons aussi bien politiques et qu’économiques, mais “ceci ne justifie pas la prise de position dangereuse et, surtout, non-durable, prise par la présidence tunisienne, d’autant plus que le Maroc n’a jamais cessé de tendre la main amicale et coopérative à tous les pays du Maghreb”, explique le journal.

De son côté, +Aujourd’hui Le Maroc+ souligne que “l’acte d’hostilité manifeste du président tunisien à l’encontre du Maroc confirme finalement et prouve la justesse et la clairvoyance de la démarche intransigeante du Souverain qui, pas plus tard que le 20 août, évoquait longuement la question de l’intégrité territoriale lors de son discours à l’occasion de l’anniversaire de la Révolution du Roi et du peuple”.

Le Roi a tenu, en effet, “des termes on ne peut plus clairs” pour presque “sommer” certains pays à clarifier définitivement leur position sur la marocanité du Sahara, rappelle l’éditorialiste.

Le corollaire tout aussi “explicite” de cette “injonction” est que désormais sur la question du Sahara, le Maroc n’accepte plus la position dite de zone grise, relève-t-il, soulignant que “l’acte inqualifiable” du chef d’Etat tunisien “est l’illustration éclatante de ce qu’est cette hypocrisie dont le Maroc ne veut plus aujourd’hui”.

Même son de cloche chez +l’Économiste+, qui rapporte que “tous les partis, toutes affaires cessantes, ont dénoncé cet acte hostile”, et “font le distinguo entre le président et le peuple tunisien, avec qui nous partageons tant de choses”.

Certains de ces dirigeants sont allés jusqu’à assimiler ce geste à un “coup de poignard dans le dos”, car dans ce dossier, “la présidence a fait preuve d’une ingratitude manifeste”, en oubliant “au plus fort de la pandémie Covid-19, que Rabat avait dépêché à Tunis des cargaisons de vaccins”, relève le quotidien.


“Le régime en place semble avoir été frappé d’amnésie au point de zapper tout ce qui nous réunit”, ajoute-t-il.

+Assabah+ rapporte que pour le parti du chef du gouvernement, le RNI, il ne s’agit ni plus ni moins que d’un acte «hostile» envers le Royaume. S’il rappelle que cet acte est plutôt inédit, le RNI souligne qu’il vient confirmer la série d’impasses dans laquelle Kaïs Saïed a malheureusement entraîné la Tunisie, en prenant des décisions unilatérales et hostiles aux pays amis, lesquelles ne profitent en rien au peuple tunisien.

De son côté, l’USFP s’est dit «extrêmement en colère» face à l’accueil réservé au chef des séparatistes et à la violation «flagrante et odieuse» des relations bilatérales et régionales d’une part, et aux engagements des États parties de ce sommet qui se limite aux membres de l’ONU.

Même tonalité chez PAM (Parti Authenticité et Modernité) qui, comme le souligne la publication, insiste sur le fait que cet incident n’est pas le fruit du hasard, mais fait suite à une série de comportements incompréhensibles de la part de la présidence tunisienne ces dernières années.

Pourtant, le Royaume a toujours été du côté de la Tunisie, même lors de la pire période qu’elle a vécue suite à la multiplication des attaques terroristes. En dépit du contexte sécuritaire difficile à l’époque, le souverain n’a pas hésité à se rendre dans le pays, lui apportant ainsi un soutien clair.

Le PJD, le PPS et l’Istiqlal ne sont pas non plus restés indifférents face à la situation provoquée par le président tunisien. Les trois formations politiques ont dénoncé cette hostilité envers le Maroc, tout en rappelant l’impact grave que cela pourrait avoir sur les relations entre les deux pays. Le parti de la balance va encore plus loin en faisant de cet incident une preuve que les nouveaux dirigeants de la Tunisie ont dévié de leur approche amicale ferme envers le Maroc et ont soudainement renié les dénominateurs communs entre les deux pays, à savoir le bon voisinage, le respect mutuel des affaires de chaque pays sans interventionnisme. L’Istiqlal a également dénoncé vigoureusement cette volte-face flagrante dans la position d’un pays pourtant considéré comme frère.



L’Info en continu
  • Tchad
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 31.05.2022

La Centrale électrique de gaz de Moundou

Moundou, la capitale économique du Tchad, s’apprête à dire au revoir aux multiples délestages grâce à l’énergie électrique. La construction de cette nouvelle centrale électrique…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldutchad.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut