International › APA

La politique, sujet dominant dans la presse sénégalaise

Les journaux sénégalais, parvenus mardi à APA, traitent essentiellement du rejet de la demande de liberté provisoire introduite par Guy Marius Sagna et deux autres personnes, du rôle de veille et d’alerte des mouvements citoyens et de la campagne arachidière.L’AS informe qu’ « un député-maire de l’AFP (Alliance des Forces de Progrès, mouvance présidentielle) demande la libération de Guy Marius Sagna ». Il s’agit de Santi Agne, l’édile de Sicap-Liberté (commune de Dakar) pour qui, « toute arrestation dans une manifestation est de trop. Il ne sert à rien de retenir en prison Guy Marius Sagna et les autres, on doit les libérer et discuter ».

Et le journal de souligner que « les avocats de Guy Marius Sagna ont interjeté appel, hier lundi, devant la Chambre d’accusation de la Cour d’Appel de Dakar contre l’ordonnance de refus de mise en liberté provisoire ».

Cité par L’AS, Me Moussa Sarr, l’un des conseils du membre actif du Front pour la révolution anti-impérialiste populaire et panafricaine (Frapp-France dégage) estime qu’il y a « une discrimination dans cette affaire dans la mesure où les détenus ont été arrêtés sur les mêmes lieux que leurs co-prévenus qui ont bénéficié d’une liberté provisoire ».

Guy Marius Sagna et huit autres personnes ont été arrêtés, le 29 novembre dernier, lors d’un rassemblement contre la hausse du prix de l’électricité devant les grilles du Palais de la République.

Dernièrement, Docteur Babacar Diop, professeur de Philosophie à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) et les étudiants Malick Diallo Biaye, Souleymane Diockou, Pape Abdoulaye Touré et Mamadou Diao Diallo ont recouvré la liberté même si elle n’est que provisoire. Par contre, Guy Marius Sagna, Ousmane Sarr et Fallou Galass sont toujours en détention.

A en croire Vox Populi, « Guy Marius Sagna et (compagnie) éclipsent les ténors de l’opposition » dans leur volonté de faire face au régime de Macky Sall. « L’inertie des leaders de l’opposition a fait émerger de jeunes leaders de mouvements citoyens qui ont saisi cette aubaine pour s’imposer comme alternative face à un régime imprévisible et manœuvrier », rapporte ce journal.


Toutes choses qui font dire à Vox Populi que c’est « l’heure de l’émergence des forces citoyennes ». De l’avis de WalfQuotidien, « Macky (Sall est) au début de la fin (d’Abdoulaye) Wade ».

En effet, fait savoir ce journal, « tous les ingrédients de la fin de règne de (l’ancien président de la République) sont aujourd’hui visibles dans le régime de son successeur » puisque « le prix du courant électrocute le peuple, les affaires d’immoralité faussent la gestion sobre et vertueuse, le bilan éthique de ses hommes est loin d’être reluisant (et) la guerre des clans pour la succession fait rage ».

Pour sa part, Le Quotidien fait un focus sur la campagne arachidière. Tentant de « décortiquer la crise », Modou Diagne Fada, le Directeur général de la Sonacos (Société nationale de commercialisation des oléagineux au Sénégal) soutient que « des mesures doivent être prises pour réguler le marché de l’arachide. Sinon, on va vers une situation difficile pour les semences ».

En tout cas, Sud Quotidien souligne que les « producteurs (sont) aux anges, (les) huiliers aux abois » pour la campagne de commercialisation de l’arachide 2019-2020.


loading...


À LA UNE
Retour en haut