International › APA

Kenya : investi président, William Ruto face à plusieurs défis

Pas d'image

Le nouveau président kenyan a prêté serment mardi 13 septembre à Nairobi en présence d’une vingtaine de chefs d’État et de gouvernement.William Ruto, 55 ans, est installé officiellement ce mardi dans ses nouvelles fonctions. Il a prêté serment peu après midi devant plus de 60.000 personnes réunies au stade Kasarani de Nairobi, la capitale kényane. Il devient le cinquième chef de l’Etat du Kenya, un pays d’Afrique de l’est qu’il va diriger pour les cinq prochaines années malgré les divisions au sein de la société.

« Moi, William Samoei Ruto (…), jure de préserver, protéger et défendre la Constitution du Kenya (…) en tant que président », a-t-il déclaré, arborant vêtements et casques jaunes, la couleur de son parti, la main posée sur la Constitution, l’autre tenant une bible, dans un vacarme assourdissant de cris de joie et de vuvuzelas. Quelques personnes ont été blessées après qu’une foule a essayé de forcer l’entrée, selon des médias locaux.

L’Éthiopien Abiy Ahmed, l’Ougandais Yoweri Museveni, la Tanzanienne Samia Suluhu Hassan ou encore le Congolais Félix Tshisekedi étaient parmi la vingtaine de chefs d’État et de gouvernement présents à la prestation de serment de leur homologue William Ruto qui hérite d’un Kenya clivé et confronté à des défis économiques majeurs. De nombreux Kényans se sont détournés notamment des urnes, alors que le pays fait face à une forte inflation et à une dette qui atteint 70 milliards d’euros, environ 67 % de son Produit intérieur brut (PIB).

Cette situation n’a pas empêché la Cour suprême de valider la victoire à la présidentielle du 9 août du vice-président sortant malgré une controverse qui a duré plusieurs semaines. Les juges ont rejeté à l’unanimité les accusations de fraudes de son adversaire Raila Odinga, figure historique de la politique kényane âgée de 77 ans, qui avait reçu le soutien du président Uhuru Kenyatta.

William Ruto a devancé Raila Odinga d’environ 233.000 voix sur un total de 14 millions de votes. Ce dernier, qui a dit « respecter » la décision de la Cour suprême même s’il la « désapprouve », n’a pas assisté à la cérémonie.


Après cette décision de la plus haute juridiction de son pays, le nouveau président a appelé à l’unité, tendant une « main fraternelle » à ses opposants à l’image du président sortant Uhuru Kenyatta, qui avait promis une transition « en douceur » avec son successeur.

Ce scrutin présidentiel était scruté de près par la communauté internationale, qui considère le Kenya comme un havre de stabilité démocratique et une locomotive économique dans la région tourmentée de la Corne de l’Afrique. Les observateurs ont loué la bonne tenue de l’élection qui, malgré un scrutin serré et contesté, n’a pas donné lieu à des violences comme le pays a pu connaître par le passé.

Issu d’une famille modeste avant de devenir un des hommes les plus riches du pays, le nouveau président s’est présenté comme le héraut des « débrouillards » du peuple, promettant de créer des emplois et de s’attaquer à l’inflation qui frappe notamment les carburants, les produits alimentaires, les semences et les engrais.



L’Info en continu
  • Tchad
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 31.05.2022

La Centrale électrique de gaz de Moundou

Moundou, la capitale économique du Tchad, s’apprête à dire au revoir aux multiples délestages grâce à l’énergie électrique. La construction de cette nouvelle centrale électrique…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldutchad.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut