International › APA

Justice, transport et groupes armés en vedette dans la presse centrafricaine

Pas d'image

La condamnation à perpétuité du chef de la milice anti-balaka, dans la région de Boali (95 km au nord de Bangui), est le sujet le plus en vue dans la presse centrafricaine de ce jeudi.« L’ex-milicien Anti balaka Jourdain Sélébondo condamné aux travaux forcés à perpétuité », titre l’Agence centrafricaine de presse (ACAP).

Le média explique que la Cour criminelle de Bangui, présidée par le juge Rock Alfred Ngoumbré, a reconnu coupable l’ex-milicien anti-balaka, mardi dernier, pour les faits d’association de malfaiteurs, meurtre, détention illégale d’armes et munitions de guerre ainsi que pour le délit de vol à main armée.

Jourdain Sélébondo, arrêté en 2016 au PK 13 (porte nord de Bangui), devra aussi s’acquitter d’une amende d’un million de FCFA ainsi que d’un franc symbolique au profit des organisations des droits humains.

Il a été cependant acquitté pour le crime de meurtre, précise l’ACAP.

Le Démocrate revient également sur cette information en précisant que « le Com-zone Selebondo Jourdain alias Ebé (a été) condamné aux travaux forcés à perpétuité » lors de la « Session criminelle 2018 ».

Pour sa part, l’Expansion et Corbeau News titrent sur les groupes armés, notamment « les oukases des ex-séléka, en rapport avec les « 12 revendications ‘’Non négociables », mais qui sont déclarés « irrecevable(s) ». Pour ces journaux, les rebelles ont énoncé dans un langage agressif « d’insupportables conditions de dialogue ».


Le RJDH (Réseau des journalistes pour les droits de l’homme) veut savoir pour sa part s’il y a un « bicéphalisme dans la recherche de la paix en Centrafrique ». Pour cet organe de presse, l’Union Africaine (UA) et la Russie dirigent désormais les pourparlers avec les groupes armés, faisant de la paix dans le pays un enjeu géostratégique.

Abordant l’actualité du secteur du transport, Le Démocrate renseigne que le ministre des Transports et de l’Aviation civile a « annoncé le lancement de titres sécurisés et plaques d’immatriculation » des voitures.

Le ministre a ajouté que les nouveaux documents sécurisés de la circulation routière seront remis en septembre prochain aux plus hautes autorités du pays au cours d’une cérémonie officielle, a indiqué l’ACAP.

Ces outils comprennent, entre autres, selon le média, des plaques d’immatriculation, des permis de conduire, des certificats de capacité et des cartes grises.


loading...


À LA UNE
Retour en haut