Politique › Justice

Justice: les avocats s’insurgent contre l’arrêté interdisant les marches

Image d'illustration

Les hommes en robe ont annoncé qu’ils allaient attaquer en justice la décision du Ministre de la Sécurité public, le 02 juillet lors de d’une Assemblée générale.

 

L’Ordre national des Avocats du Tchad a organisé une assemblée générale le 2 juillet 2018 au palais de justice de N’Djamena. C’est la première assemblée générale des Avocats après le procès de l’ex gouverneur du Logone oriental. A l’ordre du jour de cette assemblée les agressions et menaces sur les procureurs de Goz Beida et d’Iriba; l’assassinat en pleine salle d’audience d’Iriba de deux mises en cause; la menace en salle d’audience de Maître Doumra Manassé et enfin l’attaque en justice de l’arrêté interdisant les marches pacifiques par le ministre de la Sécurité publique.

Les avocats s’indignent et condamnent ces actions. «Nous condamnons cela et tiendrons pour responsables leurs auteurs de tout ce qui pourra arriver à un seul acteur judiciaire à partir d’aujourd’hui. Nous mettons en garde les auteurs des agressions et des menaces contre tout citoyen dans ce pays et nous disons: « ces attaques, ces menaces contre n’importe quel citoyen ne resteront pas impunies dans ce pays.» nous veillerons à ce que cela cesse. Voilà pourquoi nous nous sommes réunies aujourd’hui », déclare Me Emmanuel Djimadoum Koumtog.


Sur le dernier point à l’ordre de jour, l’assemblée estime que l’interdiction systématiquement des marches pacifiques est une violation des droits de l’homme. « Nous allons attaquer l’arrêté du ministre devant la chambre administrative de la cour suprême pour que le droit soit dit. Maintenant au niveau de la cour suprême si on nous dit qu’on a raison, il n’y a pas de problème mais si on nous dit qu’on a tort, nous porterons cette affaire devant la cour africaine des droits de l’homme et des peuples », affirme le secrétaire de l’Ordre national des avocats.

 


loading...


À LA UNE
Retour en haut