International › APA

Gambie: le Covid-19 et la ruée vers les masques !

Les Gambiens n’ont pas l’habitude de prendre des kits d’hygiène personnelle, mais la demande de masques faciaux a atteint des niveaux sans précédent, moins de 24 heures après que le pays a confirmé son premier cas de coronavirus.A aucun moment dans la mémoire vivante, la demande de masques pour le visage n’a été un phénomène aussi notable en Gambie.

Mercredi à midi, les Gambiens se sont précipités pour chercher cet article dans une tentative désespérée de se protéger contre la maladie aéroportée qui continue de ravager une grande partie du monde, causant au moins 7.500 décès à travers le monde.

A Bakoteh, une banlieue de Serrekunda, la plus grande ville de Gambie, les banlieusards arborent des masques faciaux en attendant patiemment le transport pour les emmener au travail.

De l’autre côté de la route, une épaisse fumée s’échappe de tas de détritus brûlants sur une grande décharge près de laquelle les résidents avaient vécu pendant des années sans sentir la nécessité d’utiliser des masques pour se protéger.

Mais la confirmation du coronavirus a tout changé, même s’il s’agit de parer à un autre danger pour la santé.

Avec la demande de masques faciaux dépassant l’offre, le prix d’un tel kit de sécurité personnelle qui coûtait moins de 25 dalasis, passe maintenant à 100 dalasis (2 dollars), grimpant littéralement sur les étagères des magasins commerciaux sur certains des marchés les plus fréquentés du pays. .

Cet article recherché ne se trouvait auparavant que dans les principaux établissements de santé de la Gambie, mais depuis que le coronavirus a commencé à se déchaîner en Afrique, il est devenu l’une des choses les plus visibles associées à la protection individuelle, à l’hygiène et à la prévention dans le monde entier.

En Gambie, les chauffeurs, les navetteurs et les piétons se sont joints aux médecins pour les porter dans le cadre des mesures de précaution encouragées par le gouvernement pour minimiser les risques d’infection, en cas d’éternuements par une personne infectée.

L’Agence de presse africaine (APA) a appris que des organisations locales actives dans des programmes de sensibilisation sociale ciblant le public gambien envisageaient d’en acheter le plus possible pour les distribuer gratuitement à ceux qui sont dans la rue et qui n’en ont pas.

Il s’agit en général des vendeurs sur le marché, des équipes mobiles de police de la circulation, des travailleurs de stations-service et des colporteurs qui ne pourront peut-être pas se permettre 100 dalasis pour se procurer des masques.

Malgré la triste réalité sur le virus peu connu mais périlleux qui a perturbé des industries entières dans le monde, certains Gambiens n’ont pas perdu leur sens de l’humour à propos des masques faciaux.


Avec la perspective de tout voir tout le monde les porter bientôt, il serait difficile pour les Gambiens de se reconnaître dans les rues, a plaisanté un banlieusard sur l’un des véhicules empruntant l’autoroute reliant Serekunda et la capitale Banjul.

Mais un masque facial peut-il vraiment protéger les gens contre le virus?

Le Dr William Schaffner, un expert des maladies infectieuses à l’Université Vanderbilt dans le Tennessee, a déclaré à Live Science que les masques chirurgicaux ordinaires ne sont peut-être pas suffisamment protecteurs.

Il a indiqué qu’un masque spécialisé connu sous le nom de respirateur N95, qui est plus épais que le masque facial chirurgical, peut protéger le porteur contre le COVID-19 et d’autres maladies respiratoires, y compris le SRAS.

Alors que le Dr Schaffner a déclaré que cela pourrait mettre leurs porteurs au défi de les enfiler pendant des heures, les Gambiens qui ont recours à eux ont le sentiment qu’ils n’ont pas vraiment le choix dans leur tentative de garder le COVID-19 à distance, pour l’instant.

En attendant, d’autres précautions prises par le gouvernement suspendent les marchés hebdomadaires ouverts localement appelés loumoos, fermant également les écoles et interdisant les réunions et les séminaires.

Des équipes de surveillance ont été déployées à tous les principaux points d’entrée aux frontières, qui restent néanmoins ouverts.

Le ministère de la Santé a déclaré que son personnel était prêt à faire face à d’éventuels cas de virus.

Le principal centre d’isolement de Banjul a été équipé des outils nécessaires pour mettre les patients en quarantaine, tandis que le Medical Research Council, dirigé par des Britanniques, est utilisé pour tester les cas suspects.



Bon plan
Publié le 12.05.2020

Peintures et gravures rupestres de l’Ennedi : des œuvres préhistoriques qui font la fierté du pays

Les peintures et gravures rupestres de l’Ennedi sont de véritables chefs-d ‘œuvres. Elles présentent de façon artistique le patrimoine préhistorique du pays, tout en conciliant…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldutchad.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut