International › APA

En visite à Abidjan, Kagamé prône la résolution des problèmes de l’Afrique via ses valeurs

Pas d'image

En visite de 48 heures à Abidjan, Paul Kagamé, président en exercice de l’Union africaine (UA), a appelé jeudi les dirigeants du continent à faire face aux défis auxquels ils sont confrontés via leurs valeurs et leurs cultures, lors d’une rencontre avec le Patronat ivoirien.Le Rwanda, classé 29è dans le Doing business de la Banque mondiale (BM) a « décidé de trouver des solutions à ses défis avec ses valeurs », a dit M. Kagamé, qui exhorte ses paires à aller chercher les solutions dans leurs valeurs internes pour favoriser la cohésion sociale et le développement.

Devant un parterre de personnalités, à la Maison de l’entreprise à Abidjan, siège de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire  (Cgeci, Patronat ivoirien), il a fait observer que depuis 50 ans « beaucoup de pays africains sont restés au même niveau » par rapport à ceux de l’Asie.

Selon lui, « quelque chose ne va pas et on doit se poser des questions ». Il faut « essayer une autre solution » à partir des valeurs internes pour bâtir le développement de l’Afrique, qui ne peut compter sur l’Europe pour émerger.

« Si l’Afrique reste un fardeau pour l’Europe » et qu’il devient « trop lourd » en termes d’assistance au développement, elle pourrait « jeter par terre » le continent, a-t-il dit sans ambages, soutenant que les pays doivent copier les standards qui militent en leur évolution.  

Pour atteindre des niveaux remarquables d’industrialisation, il faut de la détermination et de l’énergie, tant sur le plan collectif que personnel, pour transformer la situation de la communauté en refusant d’accepter la pauvreté et la misère, a-t-il poursuivi.

Le président rwandais a appelé les intellectuels africains qui sont allés dans les pays développés, à utiliser leurs connaissances pour « transformer » leur pays et le visage du continent, avant d’ajouter : « j’essaie de donner mon corps et mon âme pour prouver que l’Afrique peut faire la différence ».


Concernant la corruption, il a fait savoir que c’est un mal qui gangrène tous les pays. Il a indiqué que dans son pays, son patrimoine est connu de tous. En outre, toutes les autorités, entre autres, les ministres, le général et même le président sont soumis à la rigueur de la loi.

Sur le plan du climat des affaires, le Rwanda où il fallait autrefois 90 jours pour créer une entreprise, aujourd’hui, les opérateurs économiques ont la possibilité de créer leur entreprise en 6 heures. Le pays, grâce à ces efforts, enregistre une croissance moyenne de 3,2%.

Pour sa part, le vice-président ivoirien, Kablan Duncan, présent à cette rencontre d’échanges entre M. Kagamé et les chefs d’entreprises, a insisté sur la « qualité du capital humain », un facteur déterminant pour faire bouger l’Afrique.

M. Kagamé, qui a entamé mercredi une visite de 48 h à Abidjan, a échangé au premier jour, avec son homologue ivoirien, Alassane Ouattara. Il a quitté Abidjan dans l’après-midi. 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut