International › APA

Déby préoccupé par «la menace terroriste» dans l’espace sahélo-saharien

Pas d'image

Le président du Tchad, Idriss Déby, a déploré, samedi à N’Djaména, l’insécurité rampante « dans bon nombre de pays de l’espace sahélo-saharien» avant d’appeler à une mobilisation pour conjurer cette menace, car, a-t-il souligné, la « prospérité » rime avec « sécurité, paix et stabilité ».« Il est évident que sans la sécurité, la paix et la stabilité, il n’y a point de développement, ni de prospérité. Malheureusement, force est de constater que bon nombre de pays de l’espace sahélo-saharien sont en butte à la menace terroriste de plus en plus grandissante et à des trafics illicites en tous genres, sans compter les conflits armés» a affirmé Idriss Déby, à l’ouverture du Sommet la Communauté des États sahélo-sahariens (Cen-Sad).

A en croire Idriss Déby, par ailleurs président en exercice de la Cen-Sad, la situation qui prévaut actuellement dans certains pays de la CEDEAO et du Bassin du Lac-Tchad, ainsi qu’en Libye, constitue une source de grave préoccupation « pour notre communauté et pour chacun de nos Etats ».

Partant de là, le président tchadien a invité ses pairs à se pencher sérieusement sur les voies et moyens durables à renforcer la dynamique de la paix et de la stabilité, en liaison avec le développement durable à l’échelle « de notre espace commun ».

Parlant de la refondation de la Cen-Sad, il a préconisé un rythme accéléré des reformes en cours et une mobilisation conséquente des ressources. Ces objectifs sont réalisables si tout le monde est décidé à les atteindre, a-t-il ajouté.

« Dans cette perspective, il nous paraît urgent de procéder, au cours de ce Sommet, à la mise en place du Secrétariat Exécutif devant remplacer l’ancien Secrétariat Général, conformément aux dispositions du Traité révisé. De même, voudrions-nous souligner l’impérieuse nécessité d’assigner une feuille de route précise à la nouvelle équipe pour élaborer et soumettre, dans un délai relativement court, un plan d’action à faire approuver par le Conseil Exécutif par délégation de la Conférence des Chefs et de Gouvernement », a déclaré le président tchadien.

Selon le président en exercice de la Cen-Sad, la question des arriérés de contributions des États membres, accumulés sur une longue période, mérite « également une attention toute particulière ».


Ainsi, il a estimé que des modalités pratiques de leur apurement suivant un échéancier précis, devraient figurer parmi les priorités du Secrétariat exécutif.

Sur 24 Etats membres, seuls quatre chefs d’Etat sont présents : l’hôte du sommet, le Tchadien Idriss Déby, Muhamadu Buhari du Nigeria, Faure Gnassinbgé du Togo et Issoufou Mohamadou du Niger.

En plus de la relance des activités de la Cen-Sad, d’autres sujets seront débattus, notamment la question de la sécurité, la situation en Libye et l’évolution de la situation au Soudan.

Les chefs d’Etat et de gouvernement sont actuellement en huis-clos.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut