International › APA

Covid-19: Ramaphosa met en garde contre le relâchement

Les Sud-Africains n’ont aucune raison de se relâcher ou de se réjouir de la suppression des mesures restrictives liées au coronavirus de niveau 3 à partir de mardi, a averti lundi, le président Cyril Ramaphosa.S’exprimant lors de son message hebdomadaire à la nation, le président a expliqué à ses compatriotes qu’il ne faut pas baisser la garde en ne respectant pas les protocoles de santé et de sécurité car, le pays est encore loin d’éradiquer la pandémie.

Il a encouragé les Sud-Africains à continuer d’observer les restrictions, comme le port du masque, la distanciation sociale et d’autres protocoles dans les restaurants et autres lieux publics qui ont reçu le feu vert pour rouvrir mardi, sous le confinement de niveau 2.

« C’est un signe des progrès que nous faisons dans la réduction des nouvelles infections et de la demande dans nos établissements de santé. C’est également un développement très important, à un moment où nous nous efforçons de redémarrer notre économie. Mais il est trop tôt pour se réjouir », a déclaré Ramaphosa.

Il a ajouté : « Ce niveau 2 s’accompagne d’un risque accru de transmission. Nous devons maintenant gérer ce risque et nous assurer que les progrès que nous avons réalisés jusqu’à présent – pour contenir la propagation de la pandémie – ne sont pas vains ».

Selon Ramaphosa, « la plus grande menace pour la santé de la nation à l’heure actuelle est la complaisance ».

« Il se peut que nous soyons maintenant autorisés à rencontrer des amis et de la famille, à fréquenter des lieux de divertissement, à voyager pour les loisirs et à consommer de l’alcool dans les restaurants, les bars et les tavernes », a-t-il dit.


Il a mis en garde ses compatriotes, notant que « ce n’est pas parce que vous le pouvez, que vous devriez le faire ».

Le président a répété que de nombreuses personnes atteintes du coronavirus n’ont pas de symptômes et pourraient même ne pas savoir qu’elles sont infectées.

« C’est une réalité qui donne à réfléchir, car cela signifie que chacun de nous pourrait être infecté en ce moment et pourrait involontairement infecter les autres.

« C’est particulièrement le cas lors de la visite de parents, en particulier les personnes âgées et les personnes souffrant de problèmes médicaux préexistants, qui les rendent plus vulnérables encore à l’infection. C’est également vrai lors de services religieux ou à l’occasion d’activités culturelles », a-t-il conclu.



L’Info en continu
  • Tchad
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 04.09.2020

Tchad : le Lac Iro, une manne d’or pour les populations riveraines

Le lac Iro est l’un des cours d’eaux les plus attrayants du Tchad. Situé dans la ville de Kyabé, la pêche façonne le mode de…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldutchad.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut