› Eco et Business

Coton : Le Tchad veut relancer sa production

Le Tchad veut relancer sa filière Coton.

Depuis près de 75 ans, la production cotonnière du Tchad est tombée au plus bas. C’est dans le but de pallier à ce problème que la compagnie nationale Coton Tchad a fait appel au géant asiatique Olam.

Au Tchad la saison des semis de coton approche, le géant asiatique Olam vient de racheter 60% de la société cotonnière nationale, le pays sahélien se voit déjà produire 300 000 tonnes de coton graine dans cinq ans, mais il sera difficile pour la filière de remonter la pente. La production est tombée à 25 000 tonnes de coton graine l’an dernier, elle a été divisée par six en deux ans !

Effondrement du coton au Tchad

Entré en récession faute de recettes pétrolières suffisantes, le Tchad ne pouvait plus financer sa société cotonnière, totalement revenue dans le giron de l’Etat. Coton Tchad n’était donc plus en mesure de fournir les semences et les pesticides ni de payer le coton au producteur un prix encourageant : c’était le prix le plus faible de la zone Franc, 220 francs CFA et il avait chuté en cours de campagne. En aval : désorganisation totale. Du coton s’était perdu, ou n’avait pas été égrené…

Olam poids lourd du coton


Aujourd’hui c’est toute une filière en crise qu’il faut relancer et remotiver. L’arrivée d’Olam suscite beaucoup d’espoirs : c’est un grand du coton, il commercialise un quart de la fibre africaine à lui tout seul. Le géant singapourien est aussi présent dans la production et l’égrenage du coton en Côte d’Ivoire, en Ouganda, au Mozambique, en Tanzanie et en Zambie. Olam s’intéresse en outre à plusieurs cultures de rente dans les pays où il s’installe. Au Tchad ce pourrait être le sésame, la noix de cajou, et pourquoi pas la gomme arabique…

Remotiver les producteurs

Pour mettre un pied dans ce pays, le géant singapourien a endossé les dettes de Coton Tchad, c’était impossible pour l’autre candidat à la reprise Advens Geocoton, déjà endetté. Olam envisage de construire 3 nouvelles usines d’égrenage, à Kyabe, à Doba et à Gounou Gaya, au sud et au sud-ouest du Tchad. Le repreneur a également promis qu’il céderait 5% du capital aux producteurs à titre gratuit. En attendant c’est un bon prix au kilo de coton graine qu’il va falloir annoncer aux paysans pour les remotiver à semer dans les prochaines semaines. Il faudra ensuite acheminer au plus vite, d’ici le mois de juillet, les pesticides nécessaires. Si besoin, par avion.



L’Info en continu
  • Tchad
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 04.09.2020

Tchad : le Lac Iro, une manne d’or pour les populations riveraines

Le lac Iro est l’un des cours d’eaux les plus attrayants du Tchad. Situé dans la ville de Kyabé, la pêche façonne le mode de…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldutchad.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut