International › APA

Côte d’Ivoire: la FAO veut davantage accompagner les mareyeuses

Le représentant de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en Côte d’Ivoire, Samy Gaiji, a indiqué mardi que l’institution est en quête de « financements supplémentaires » pour accompagner les mareyeuses.

La FAO est engagée sur plusieurs projets dans le secteur de la pêche en Côte d’Ivoire. Mardi, son représentant en Côte d’Ivoire a visité le point de débarquement de pêche Mohammed VI de Locodjro, dans l’Ouest d’Abidjan, pour échanger avec les mareyeuses.  

Cet échange avec ces femmes vise à « comprendre les défis qu’elles rencontrent » et les entendre, a dit M. Samy Gaidi, qui a salué leur engagement tout en promettant accompagner ces activités dans le District d’Abidjan et à Sassandra (Sud-Ouest). 

Pour apprendre les techniques de fumage de poissons avec les fours FTT du débarcadère de Locodjro, huit mareyeuses, en provenance de Sassandra, ont passé un séjour de formation à Abidjan. 

Marie Compaoré, mareyeuse, et secrétaire de la coopérative « Matrafa Sassandra », a relevé que sa coopération fait le fumage de façon traditionnelle. Ici, elles ont appris  pour le procédé de cuisson via les fours FTT pour aller les appliquer à Sassandra. 

« Ces fours FTT sont modernes et n’ont pas trop d’inconvénients au niveau de la santé », a-t-elle affirmé, ajoutant « de retour chez nous, avec la communauté, on va leur expliquer ce qu’on a appris ».  

« On a besoin de financement au niveau de notre activité qui est le fumage de poisson, ainsi que des moyens pour le transport des poissons, mais surtout les fours améliorés », a déclaré Marie Compaoré.


Mme Elisabeth Abouo (65 ans), présidente des transformatrices de Locodjro, coopérative « CMAFA », a instruit les mareyeuses venues de Sassandra. Elle a témoigné qu’avant, elle fumait le poisson sur les barriques, ce qui lui donnait des maux yeux, mais aujourd’hui elle n’a plus ce problème.    

Le fumage avec le four FTT permet d’avoir des poissons sains, ainsi que la protection de la santé des marayeuses mais aussi, cela, leur permet d’avoir plus de temps pour faire d’autres activités, a fait observer M. Samy Gaiji.  

« Les fours FTT promus par la FAO, c’est aussi un gage d’un engagement futur pour promouvoir la mise à l’échelle de ces fours à Abidjan », a-t-il poursuivi, assurant que l’institution va « appuyer » les mareyeuses.

Outre la promotion de ces fours FTT qui sont plus simples pour la cuisson du poissons (…) nous allons augmenter notre investissement de façon exponentielle sur ces fours » et « faire la promotion de la deuxième génération de four qui sont meilleurs », a-t-il dit.  

« Déjà, nous sommes en négociation avec des investisseurs pour aider les marayeuses autour d’Abidjan et à Sanssandra pour la transformation du poisson », a confié le représentant de la FAO en Côte d’Ivoire.   

Il a par ailleurs salué les résultats du projet de Locodjro, souhaitant que cela puisse être dupliqué à Sassandra, mentionnant « on recherche énormément de nouveaux financements et des financements complémentaires, pendant qu’on est en train d’exécuter ce projet ».  



L’Info en continu
  • Tchad
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 31.05.2022

La Centrale électrique de gaz de Moundou

Moundou, la capitale économique du Tchad, s’apprête à dire au revoir aux multiples délestages grâce à l’énergie électrique. La construction de cette nouvelle centrale électrique…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldutchad.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut