International › APA

Côte d’Ivoire/éducation: la COSEF reconduit sa grève « jusqu’à nouvel ordre »

Pas d'image

La Coalition des syndicats du secteur éducation et formation de Côte d’Ivoire (COSEF-CI), qui observe depuis deux semaines un arrêt de travail pour réclamer des indemnités de logement, a reconduit samedi, en Assemblée générale, son mot d’ordre de grève « jusqu’à nouvel ordre ».Suite aux interventions des membres, « la tendance est sans appel,  l’Assemblée adopte la reconduction immédiate de la grève (…). La grève  se poursuit jusqu’à nouvel ordre », a déclaré le porte-parole de la COSEF,  Pacôme Attaby, lors de la rencontre qui s’est tenue dans une école  primaire à Yopougon, à l’Ouest d’Abidjan.  

Pour le  mois de janvier qui vient de s’achever, une ponction a été faite sur  les soldes des enseignants grévistes, estimée à «30.000 Fcfa, 50.000  Fcfa et d’autres plus de 70.000 Fcfa », ont fait savoir certains membres  de la coalition syndicale, quelque peu remontés.  

 «  Les menaces de suspension de salaire et de ponction n’entament en rien  notre détermination à offrir aux enseignants de Côte d’Ivoire, cette  année 2019, des indemnités de logement revalorisées », a dit à la presse  M. Attaby, en marge de l’Assemblée générale. 

Il  a souhaité que le gouvernement ouvre les négociations, qui jusque-là  n’ont pas encore eu lieu.  Et ce, depuis le début du mouvement de grève  qui a paralysé les cours dans plusieurs villes du pays, surtout à  l’intérieur du territoire national. À Abidjan, 11 établissements ont «  résisté » sur 36.

« S’il n’y a pas d’indemnités  de logement, il y aura une année blanche », a-t-il lancé. Les  enseignants du primaire et ceux du premier cycle du secondaire en Côte  d’Ivoire ont 40.000 Fcfa d’indemnité de logement, tandis que ceux du  second cycle de l’enseignement secondaire ont 50.000 Fcfa.


«  Pour tous les enseignants du secondaire, tout grade confondu, nous  demandons 180.000 Fcfa d’indemnité de logement et pour les enseignants  du primaire, nous demandons 120.000 Fcfa sans indexation», a-t-il  poursuivi.  

La COSEF demande « la suppression  des cours de mercredi matin au primaire et la rémunération de toutes les  primes liées aux examens scolaires y compris l’instauration de  l’intendance intégrée aux centres d’examen de sorte qu’on n’aille plus  exposer les enseignants dans les trésors »,  a-t-il affirmé. 

«  Nous demandons aussi la rémunération de la surveillance des examens à  5.000 Fcfa jour », a ajouté Pacôme Attaby,  faisant remarquer  qu’actuellement les enseignants surveillent « gratuitement » les examens  scolaires, alors que selon lui «c’est une mission pour le compte de  l’Etat ».

M. Attaby a par ailleurs appelé à la «  suppression de l’emploi d’Instituteur adjoint (IA) » et que toux ceux qui  sont déjà en fonction soient reclassés à l’emploi d’Instituteur  ordinaire (IO) suivant un mécanisme d’examen.  

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut