International › APA

Cameroun : AustSino va reprendre le projet de fer Mbalam-Nabeba (officiel)

Pas d'image

La multinationale australienne Sundance Ressources a annoncé, mercredi par voie de communiqué, que l’opérateur chinois AustSino était prêt participer au financement, à la construction et à l’exploitation du projet de minerai de fer de Mbalam-Nabeba dont le site est à cheval à la frontière entre le Cameroun et le Congo.En janvier 2018, Sundance avait déjà indiqué avoir conclu un protocole d’entente avec une autre multinationale chinoise, Tidfore Heavy Equipment Group Co. Ltd (Tidfore) et Cam Iron SA, sa filiale camerounaise, pour le développement du même projet, visant à fournir un cadre de coopération entre les parties et leurs partenaires en coentreprise, afin de constituer un consortium nécessaire pour aider à trouver les financements nécessaires.

«Le gouvernement camerounais a accueilli positivement les réunions, réitérant son vif désir de voir le projet se développer le plus rapidement possible. Sundance attend actuellement une position écrite officielle du gouvernement camerounais concernant le rétablissement de la convention de Mbalam entre la filiale de Sundance, Cam Iron et le gouvernement camerounais», peut-on lire dans la dernière communication citée.

Pour l’australien, si la position officielle du gouvernement camerounais soutient Cam Iron, cela aidera AustSino à faire progresser la demande d’approbation réglementaire correspondante en Chine et facilitera, en même temps, le transfert des fonds nécessaires pour mener à bien les transactions décrites dans la convention avec les détenteurs de titres.

Le contrat entre le Cameroun et Sundance, rappelle-t-on, avait été prolongé jusqu’au 31 mars 2019, un délai qui, compte tenu des «progrès réalisés» et en accord avec tous les signataires et AustSino, pourrait être prolongé jusqu’en fin juin prochain, l’australien indiquant avoir accepté d’émettre 300 millions d’actions ordinaires, entièrement payées, à la société Western Australian Port Rail Construction Ltd de Shanghai.

Voici plus d’un an plus tôt, un «sous-comité de la Chine» avait été créé au sein du conseil de Sundance Ressources, en vue d’étudier les voies de financement pour l’exploitation du site de Mbalam-Nabeba, une initiative soutenue «par des ressources à temps plein» de l’Empire du milieu et comprenant des experts de toutes les parties intéressées audit projet.


Faisant face à des difficultés financières, et dans le souci de créer des conditions favorables à la mise en œuvre de la mine de Mbalam-Nabeba, les dirigeants de la multinationale, mais également ceux de ses filiales Cam Iron et Congo Iron, avaient déjà accepté de substantielles réductions salariales.

En septembre 2016, l’opérateur australien n’avait pas caché sa crainte que les reports incessants de démarrage de l’exploitation du gisement aient finalement «un impact important» sur sa capacité à poursuivre le projet en raison des conséquences que cela pourrait créer pour trouver un partenaire financier.

En mai 2015, Sundance Resources estimait entre 35 millions et 40 millions de tonnes la teneur en minerai de fer pouvant annuellement être tirée du site de Mbalam sur une durée de 35 ans, une réévaluation qui, à travers une simulation dynamique et plus sophistiquée, «a confirmé que la capacité nominale peut être augmentée avec l’addition d’une boucle qui passe conjointement avec un embranchement ferroviaire supplémentaire, moyennant en coût en capital de 10 millions de dollars».

«Mbalam et le gisement de minerai de fer Nabeba, qui est attenant, constituent un projet de classe mondiale. Sundance reste déterminée à tirer le meilleur parti de cette formidable ressource en minerai de fer pour toutes les parties prenantes», déclare aujourd’hui le directeur général de Sundance, Giulio Casello.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut