International › APA

Cacao ivoirien : la traçabilité enjeu pour la campagne 2022-2023

La campagne de commercialisation du café-cacao s’ouvre le 1er octobre 2022 dans un contexte de poussée inflationniste et de nouvelles règles de l’Union européenne (UE) visant à limiter la consommation de produits qui contribuent à la déforestation ou à la dégradation des forêts.Le Conseil de l’UE a entériné de nouvelles dispositions pour réduire la déforestation et la dégradation des forêts à l’échelle mondiale. Les pays de l’Union, de ce fait, devront veiller à ce que les produits qu’ils consomment ne conduisent pas à épuiser les réserves forestières de la planète.

L’huile de palme, le bois, le café et le cacao sont visés par cette mesure. Des « règles de diligence raisonnée obligatoires » ont été établies pour tous les opérateurs et les marchands qui mettent à dispositions des produits sur le marché de l’UE ou exportent à partir de l’Union.

Cette mesure s’applique aussi à des produits dérivés tels que le cuir, le chocolat et le mobilier. La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao avec 2 millions de tonnes de fèves, devra s’adapter à cette norme de l’Union européenne qui contraint le pays et les chocolatiers à la traçabilité.

Traçabilité et cacao durable

Le cacao issu des aires protégées risque d’être interdit dans l’espace de l’UE. La Côte d’Ivoire qui exporte 70% de sa production vers l’UE, a une production de cacao provenant des forêts classées, des parcs et réserves estimée à 30% de la production nationale, soit plus de 500.000 tonnes de fèves.  

De 16 millions d’hectares de forêts à l’indépendance, la superficie forestière résiduelle de la Côte d’Ivoire ne représentait que plus de 3,4 millions d’hectares en 2015. Les projections les plus optimistes prévoient la disparition totale de la forêt naturelle ivoirienne d’ici à l’horizon 2030. Aujourd’hui, avec l’appui de la FAO et d’autres partenaires, le pays est engagé dans l’agroforesterie.

M. Thibeaut Yoro, le secrétaire général de la Centrale syndicale agricole de Côte d’Ivoire (CSA-CI) dit avoir vraiment « peur » que des produits tels le cacao et le café soient ciblés parce que la campagne pourrait être « très agitée » et « compliquée » pour les producteurs.  

Pour lui, « ce n’est pas maintenant que les plantations sont en création, elles ont été créées depuis des décennies ». En conséquence, si « on accuse certains de favoriser la déforestation et qu’on va empêcher nos produits, alors c’est un souci pour nous ».

Il a en outre estimé que la question du Différentiel de revenu décent (DRD, 400 dollars US par tonne pour tout contrat de vente) « n’est pas élucidée », ajoutant « qu’on ne comprend rien, (parce que) les producteurs subissent et c’est malheureux pour nous ».

Le président de l’Association nationale des producteurs de café-cacao de Côte d’Ivoire (Anaproci), M. Kanga Koffi, lui, soutient que les paysans ont été des années durant dans la filière et des dispositions au plan local devraient être prises pour qu’ils rentrent dans le moule de la vision du marché européen.

« On trouve quand même un peu regrettable une telle décision de l’Union européenne », a-t-il poursuivi, souhaitant que le gouvernement ivoirien « fasse l’effort qu’on ait un prix qui oscille autour de 1.000 Fcfa le Kg, au-dessus de celui de la campagne précédente fixé à 825 Fcfa/Kg ».


Une filière stratégique 

Le cacao ivoirien représente 40% de l’offre mondiale. La filière constitue la première culture de rente de la Côte d’Ivoire et représente 40% des recettes d’exportations nationales. Elle contribue également pour 20% du PIB et mobilise près de 2 millions de producteurs.

Le Conseil du café-cacao, régulateur de la filière, qui avait engagé l’opération de recensement des vergers cacao et des producteurs sur l’ensemble du territoire national, y compris les forêts classées, a lancé officiellement, début avril 2022, la carte du producteur.

Cette carte comprend une puce bancaire et sert de portefeuille électronique pour les transactions liées à l’achat des fèves. Le prix du Kg est intégré directement dans les terminaux ; et une fois le poids validé, un ticket est remis immédiatement au planteur lui indiquant le volume du cacao et le prix global.

Les délégués, une fois en contact avec les paysans, utilisent leur tablette pour scanner sur la carte du planteur le QR Code qui les renseignera sur l’identité du planteur, les données sur la plantation et son potentiel en termes de production, avant de scanner les scellés sur les sacs.

Le délégué effectue le transfert directement sur la carte du planteur et l’opération est terminée. Le producteur reçoit un SMS qui lui indique les données relatives à l’achat. Avec le reçu, il a tous les points de transfert où il peut toucher son argent.

Cette opération vise à éliminer la déforestation dans la chaîne d’approvisionnement du cacao en Côte d’Ivoire. La carte du producteur se veut un instrument de traçabilité du cacao pour garantir la transparence sur son origine.

Le recensement des producteurs de café-cacao et de leurs vergers a coûté environ 6,5 milliards Fcfa. Quelque 993.031 producteurs ont été recensés dont 8% sont des femmes et 92% des hommes, l’âge moyen des producteurs est de 44 ans et plus de 60% sont âgés de plus de 40 ans.

Selon ces nouvelles règles de l’UE, il sera procédé à l’établissement d’un système d’évaluation comparative, qui attribue aux États membres de l’Union et aux pays tiers un niveau de risque associé à la déforestation (faible, standard ou élevé).   



L’Info en continu
  • Tchad
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 31.05.2022

La Centrale électrique de gaz de Moundou

Moundou, la capitale économique du Tchad, s’apprête à dire au revoir aux multiples délestages grâce à l’énergie électrique. La construction de cette nouvelle centrale électrique…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldutchad.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut