Bon plan

Musée national : mémoire vive de la culture et de l’histoire tchadienne

Le musée national, plus qu’un simplement édifice de collecte d’objets ancestraux et culturels, a une portée hautement symbolique. Il revêt le patrimoine culturel et historique profond du Tchad. L’on y retrouve des collections  relevant des arts populaires de la  paléontologie, de l’archéologie de l’art Sao, de  l’ethnologie, du patrimoine islamique, des arts et traditions populaires. Plus de 6000 objets qui peuvent révéler à tout tchadien de maintenant et d’après, présent sur le territoire ou dans la diaspora, aux chercheurs et aux spécialistes de s’imprégner, chacun à son niveau des bienfaits et du bien-fondé du patrimoine commun, propre à tous.

Le musée national 6 octobre par un décret avec pour mission de sauvegarder les documents des sites appartenant au patrimoine culture tchadien, de rassembler les collections éparses, de permettre les études des spécialistes et d’éduquer le public. Initialement abrité dans les locaux provisoires, il a été transféré en novembre 1964 dans l’ancienne mairie de N’Djaména. C’est en 2010, qu’il a été transféré dans les locaux actuels au quartier amriguébé dans le 5e arrondissement, non loin du palais du 15 janvier. Parmi les objets hautement précieux conservés au Musée, l’on retrouve le crane du Sahelantropus tchadensis, Toumai. Il est gardé dans la salle consacrée à la paléoanthropologie. A côté du crane de Toumai, on observe celui du d’un crocodile carnassier, il date de 7 millions d’années et mesure 7 mètres. L’animal vivait dans les zones humides et se nourrissait des ongulés. Elle s’attaquait à des proies très grandes. L’espèce vivait dans le même environnement que Toumai.  Parmi les objets précieux qui retracent l’histoire et la culture du Tchad on note

La plaque du bateau Léon Blot, c’est le premier bateau a navigué sur le Lac Tchad en 1897, il est d’une très grande importance dans l’histoire du Tchad. Ledit bateau à vapeur a servi à la conquête du Tchad. C’est Emile Gentil qui a baptisé le bateau ainsi pour rendre hommage à son compatriote Léon Bolt concepteur de l’engin. Les manuscrits du coran, ce sont des livres saints en manuscrits qui ont été produits par les oulemas tchadiens, ils étaient très prisés de la communauté musulmane avant l’arrivée de la version imprimée qui s’est avérée moins couteuse. Le fusil de l’ancien président Goukouni Weddey, ce serait la première arme moderne qu’il a utilisé et qui serait son porte bonheur jusqu’à sa prise de pouvoir par coup d’état en 1979. Le fusil de marque italienne a été présenté à la conférence nationale souveraine de 1993, il a été remis à à Abderamane Moussa, médiateur national en guise de contribution à la paix, le 13 avril 2010 ; cette arme symbole est précieusement gardé au Musée. L’on retrouve aussi l’armure du guerrier moundang, constitué d’une flèche,  d’une cirasse en fer, d’un chapeau de protection pour la tête, d’un pantalon blanc, d’une gourde et d’une paire de chaussure en cuir. L’équipement protège contre l’attaque ennemie.

Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldutchad.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut