International › APA

Bac au Tchad : l’épreuve de français démarre avec un nouveau sujet

Pas d'image

L’épreuve de français du baccalauréat de l’enseignement du second degré qui avait été suspendue ce lundi au Tchad à cause d’une fuite du sujet dans les réseaux sociaux a finalement démarré après quelques heures de retard, un temps mis pour trouver un autre sujet, a constaté le correspondant de APA à N’Djaména.C’est le ministre de l’Enseignement supérieur, David Houdeingar accompagné de son collègue de l’Education nationale qui a donné le coup d’envoi, soulignant notamment que l’incident « ne devrait pas affecter le bon déroulement du bac car nous avons la possibilité d’avoir des épreuves dans la base des données pour pallier à des éventuelles fraudes ».

Auparavant, l’Office national des examens et concours du supérieur (Onecs) s’était réuni en urgence pour sortir de nouveaux sujets et veiller avec beaucoup de vigilance sur leur acheminement aux centres d’examen.

Des sources proches de l’Onecs confient que la fuite est venue de la ville d’Ati, chef-lieu de la province du Batha, au centre du pays. Les enfants du gouverneur auraient favorisé la fuite des sujets de français et de mathématiques en déchirant la caisse où ils se trouvaient.


Aucune déclaration officielle n’a confirmé cette accusation ; de même une enquête n’a pas encore été ouverte. N’empêche, le ministre de l’Enseignement supérieur a dit qu’il attend d’avoir de plus amples informations sur ces fuites avant de se prononcer.

Au total, 83 141 candidats toutes séries confondues subissent les épreuves écrites du bac. Ils sont répartis dans 96 centres d’examen dont 26 à N’Djaména.


loading...


À LA UNE
Retour en haut