Politique › Actualité

Alexandre Benalla au Tchad : Le Drian affirme avoir appris ce voyage dans la presse

Pas d'image

Le ministre des Affaires étrangères français, a déclaré qu’il n’avait pas pris connaissance du déplacement de l’ancien conseiller de l’Élysée au Tchad qu’en lisant la presse le 24 décembre.

 

L’ambassadeur de France au Tchad savait pour le voyage d’Alexandre Benalla des 5 et 6 décembre au Tchad. Toutefois, il n’a pas informé sa hiérarchie. Devant la commission du Sénat, Jean-Yves Le Drian a martelé qu’il avait pris connaissance du déplacement qu’en lisant le journal Le Monde, le 24 décembre. « Je considère qu’il y a eu un manque d’appréciation de notre ambassadeur, il s’en est expliqué depuis et il a reconnu son erreur, voilà », a-t-il précisé.

Le ministre des Affaires étrangères a en conséquence saisi le procureur de la République pour « utilisation illicite de passeports diplomatiques » par l’ex-collaborateur de l’Élysée. Selon lui, il était obligé d’agir en raison de l’article argumenté du journal.

« Alexandre Benalla s’est rendu à N’djamena accompagné d’une demi-douzaine de personnes, par avion privé, soit trois semaines avant une visite d’Emmanuel Macron dans ce pays », a écrit Le Monde.

De son côté, Alexandre Benalla a expliqué qu’il s’agissait d’un voyage d’affaires qui portait sur des projets d’investissements de grands patrons du Moyen-Orient au Tchad. Dans la foulée, il a rencontré le président tchadien, Idriss Déby, durant deux heures.

Abus d’utilisation de passeports diplomatiques


Devant la commission, le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron, Patrick Strzoda, avait confié qu’Alexandre Benalla avait utilisé une vingtaine de fois ses passeports diplomatiques après son licenciement fin juillet.

D’après 20 Minutes, le ministre des Affaires étrangères a précisé que le mis en cause avait utilisé son passeport diplomatique pour entrer au Tchad et en Israël. Selon lui, les autorités de ces deux pays l’avaient confirmé.

Aucun intermédiaire

Le chef de la diplomatie française a en revanche réfuté que cet ancien collaborateur de l’Élysée ait pu servir d’intermédiaire dans une diplomatie parallèle.

« J’ai fait savoir, à la demande du président de la République, à l’ensemble de nos postes que personne ne pouvait se prétendre intermédiaire de quiconque », a ajouté Jean-Yves Le Drian.

Il a précisé que les deux passeports diplomatiques d’Alexandre Benalla avaient été invalidés le 28 décembre, soit près de deux mois après une demande du Quai d’Orsay à l’Intérieur.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut