DOSSIERS  |    

Robert Dossou et Mbacké Fall sur la sortie de Sidiki Kaba

Par lequotidien.sn/ - 06/06/2016

Si pour le procureur général «La grâce pour Habré n’est pas à l’ordre du jour», pour le représentant de l’UA dans la création des CAE, l’institution panafricaine ne saurait être contournée

 

La sortie du ministre de la justice Sidiki Kaba à propos d’une éventuelle grâce dont pourrait bénéficier Hissein Habré étonne dans le milieu de la justice. Pourquoi cette précipitation alors que la procédure n’est pas encore close, commente-t-on surpris. Pour Robert Dossou, ancien président de la Cour constitutionnelle du Bénin et représentant de l’Union africaine dans la création des Chambres africaines extraordinaires, la question n’est même pas à l’ordre du jour. «La procédure n’est pas arrivée à son terme. Hissein Habré n’est pas définitivement reconnu coupable. Pour l’instant, on ne sait pas si ses avocats vont interjeter appel. Par conséquent Hissein Habré bénéficie encore d’une présomption d’innocence», précise l’avocat en marge du séminaire international sur la «complémentarité, le procès Habré et l’évolution de la compétence universelle».

Refusant d’aller plus loin dans ce débat, il indique néanmoins qu’il ne faut pas perdre de vue que le Sénégal a jugé Habré au nom de l’Afrique. «Le verdict est rendu au nom de l’Afrique. Même si les Cae sont créées à l’intérieur des juridictions sénégalaises», recadre-t-il. Par conséquent, note-t-«si cette grâce devrait être envisagée, la courtoisie diplomatique voudrait que l’Union africaine soit impliquée», conclut-il.

 


© Droits reservés
Mbacké Fall, Procureur général des Cae
Interpellé sur cette question, le procureur près les Chambres africaines extraordinaires indique que la grâce est une prérogative du président de la République qui peut l’accorder à n’importe quel condamné. Commentant les propos de Sidiki Kaba, Mbacké Fall estime «que le ministre de la Justice est une autorité qui est libre d’avoir une vue sur la question. Et elle peut l’exprimer valablement», déclare-t-il.

Réparation des victimes : Les précisions de Mbacké Fall
Abordant la question liée aux réparations, Mbacké Fall affirme qu’un délai de 10 jours est imparti aux parties civiles pour déposer leurs mémoires sur la réparation. Quant au Parquet, il a 5 jours pour faire ses observations et la défense qui doit répliquer aux mémoires des parties civiles, a un délai de 20 jours pour le faire. C’est à la suite de tout cela, déclare le Procureur, que les juges vont mettre en délibéré l’affaire sur les intérêts civils et rendre une décision avant le 31 juillet. Trois types de réparation sont prévus par le statut des Cae : Il s’agit de la restitution, l’indemnisation et la réhabilitation.
 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Ciné sous les étoiles – La La Land
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués