NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |     MINUSMA & BARKHANE  |       |    

Tchad: après 3 ans d’intervention au Mali…

Par tchadinfos.com/ - 25/05/2016

Pendant que, le coût financier de cette intervention reste difficile à évaluer, les soldats tchadiens de la Minusma continuent de perdre leurs vies

 

Trois ans environs après son intervention au Mali pour lutter contre les groupes extrémistes, le Tchad continue de payer le lourd tribut, tant sur le plan humain que financier. En effet, toute la communauté internationale a retenu que, l’intervention du Tchad au Mali, au début de l’année 2013, a marqué un tournant dans la lutte contre les groupes armés du Nord qui voulaient se déverser vers le Sud. Après la France, le Tchad est le premier pays africain à intervenir au Mali. Mais, depuis cette intervention, le Tchad continue de payer son engagement au prix du sang.

Pendant que, le coût financier de cette intervention reste difficile à évaluer tant le Tchad a fourni un grand sacrifice, les soldats tchadiens de la Minusma (MISSION MULTIDIMENSIONNELLE INTÉGRÉE DES NATIONS UNIES POUR LA STABILISATION AU MALI) continuent de perdre leurs vies. La dernière douleur des familles tchadiennes est intervenue ce mercredi 18 mai 2016. L’Organisation des Nations Unies (ONU), a annoncé ce jeudi 19 mai 2016 que cinq Casques bleus tchadiens ont été tués aux environs de 19 heures de ce mercredi 18 mai 2016, dans une embuscade dans la région de Kidal, au nord du Mali. D’après l’annonce faite par l’ONU, le véhicule des soldats tchadiens a heurté un engin explosif improvisé et le convoi a été par la suite attaqué par un groupe armé non identifié, à environ 15 kilomètres au nord d’Aguelhok, dans la région de Kidal. Trois autres soldats sont grièvement blessés. Le communiqué des services des Nations unies renseigne que, l’attaque s’est déroulé alors que les soldats de la paix escortaient un convoi logistique. Même si les assaillants ne sont pas encore identifiés, l’ONU informe que, trois suspects ont été capturés et seront remis aux autorités compétentes.

Les services de l’ONU rappellent que, depuis le début de l’année, une douzaine d’attaques contre les soldats de la paix a été recensée dans la région de Kidal. Ces attaques ont coûté la vie à au moins 12 personnes des Nations Unies, y compris les victimes de l’attaque du 18 mai.

Déjà, un temps, le gouvernement tchadien avait attiré l’attention de l’ONU sur la mort de ses soldats. À chaque fois qu’un soldat de la Minusma est tué, il est toujours du contingent tchadien. Le gouvernement constatait avec regret que son contingent continue à garder toujours ses positions au nord du Mali et ne bénéficie d’aucune relève. Pire, le contingent tchadien éprouve des difficultés énormes pour assurer sa logistique, sa mobilité et son alimentation, avait alerté le gouvernement tchadien.

En réponse à ces inquiétudes, la Minusma, dit comprendre les autorités tchadiennes. Les responsables de la Minusma reconnaissaient que, le Tchad est le pays qui a fait le plus pour le Mali. Le Tchad a perdu beaucoup d’hommes, reconnait un responsable de la Minusma.

Les soldats tchadiens servaient-ils de boucliers ? Même si l’ONU rassure que les Tchadiens ne sont pas de boucliers, sur le terrain, tout porte à croire que, les soldats du pays de Toumaï continuent de se sacrifier pour la paix.

 


© Droits reservés
Cérémonie d’hommage à Bamako des cinq Casques bleus Tchadiens tués au Mali
Depuis le mois de février 2013, à travers les FATIM (forces armées tchadiennes en intervention au Mali), le Tchad a déployé environ 2 000 soldats. Même si un premier groupe d’environ 700 hommes est rentré au pays, actuellement, près de 2 000 hommes sont encore au Mali.

Au départ, le Tchad a supporté tout seul son intervention au Mali. Au nom de la paix, les plus hautes autorités du Tchad ont investi un grand budget dans cette intervention. Ayant coïncidé avec la chute du prix du baril, l’intervention tchadienne au Mali a porté un coup financier dur pour l’économie nationale. Le budget national du Tchad n’arrive plus à supporter les dépenses ni même assurer ses engagements vis-à-vis de ses créanciers. Conséquences, il y a accumulation de la dette intérieure, manque de fonds pour payer les fonctionnaires, entre autres.

Bien que des partenaires aient promis, soutenir le Tchad, le pays continue de subir le coup. Le financement de beaucoup des projets est suspendu. Des chantiers sont aux arrêts avec comme conséquence directe, des employés mis au chômage.

Sur le plan financier, certains partenaires économiques et financiers du Tchad se sont engagés à lui apporter un appui budgétaire de 71 milliards F CFA (environ 142 millions USD. Le représentant de la BAD, M. Cyr-Michel Djiena Wembou, avait promu que cette année 2016, le Tchad bénéficiera d’une aide budgétaire plus consistante.

Pour faire face à la crise économique, le gouvernement tchadien a adopté une série de mesures pour sortir de la crise financière dans laquelle est plongé le Tchad. Mais, la situation du pays reste encore difficile.

D’après les services communication de l’ONU, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali, a enregistré le plus des morts de toutes les missions. En 23 février 2015, il est enregistré 47 soldats tués et 171 blessés, dont 35 morts dans des attaques hostiles. Pour l’année 2014, elle a eu 28 morts et 75 blessés.

Pour les Tchadiens, dès les premières attaques, 30 soldats sont tombés et plusieurs autres blessés. Par la suite, il y a eu successivement des morts :

Le 23 octobre 2013: 5 Casques bleus tués lors de l’attentat de Tessalit
Le 11 juin 2014: 4 autres tués lors de l’attentat d’Aguel’hoc
Le 18 décembre 2014, un Casque bleu tchadien est tué par une mine près d’Aguel’hoc,
Le 17 janvier 2015, un soldat tchadien tué et un autre blessé dans une attaque à Kidal
Le 8 mars 2015, un soldat tchadien tué et huit blessés par des tirs de roquettes sur la caserne de Kidal,
Le 25 février 2016, à Kidal, un soldat tchadien ouvre le feu et tue un commandant et un médecin militaire après avoir essuyé une remontrance de ces derniers pour cause d’ivresse.
Le 12 mars 2016, à Tessalit, un soldat tchadien tue deux de ses officiers et en blesse un autre après une dispute portant sur les salaires
Le plus récent acte contre les Tchadiens, est le 18 mai 2016, près d’Aguel’hoc, qui s’est soldé par la mort de 5 Casques bleus tchadiens et 3 blessés dans une embuscade.
 
MOTS CLES :  Tchad   Mali   Minusma   Casques Bleus Tchadiens   Bilan 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Cinéma: projection du film "La French"
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués