CINéMA & THéâTRE  |     LIVRES  |     MUSIQUE & DANSE  |     ARTS  |    

A lire «Li niou umplé ci xarou Tabaski»

Par Dieynaba Kane - 03/10/2014

Un religieux sénégalais «vend» les vertus thérapeutiques du mouton de l’Aïd

 

Serigne El hadji Malick Guèye a lancé pour la deuxième fois son ouvrage sur les vertus du mouton de Tabaski. A quelques jours de la célébration de cette fête, le guide religieux a tenu à mettre à la disposition des populations des informations utiles pour une meilleure utilisation du mouton de Tabaski. Selon El hadj Malick Guèye, «la viande, qui est très prisée le jour de la fête, n’est pas la seule chose utile dans le mouton». «Tout ce qu’on trouve dans le mouton de Tabaski a une importance particulière pour l’homme», a-t-il soutenu. D’après lui vu l’origine de la célébration de cette fête, il est facile de comprendre son importance «qui dépasse le plaisir de griller de la viande et de se régaler».

 


© seneweb.com
Serigne El hadji Malick Guèye
Dans son ouvrage M. Guèye explique comment on procède pour bénéficier des vertus thérapeutiques du mouton de Tabaski. En partant de la corde, le guide religieux énumère dans son livre toutes les parties de l’animal qui peuvent servir à quelque chose. «La corde qui a servi à attacher le mouton est très efficace pour obliger une personne à l’abstinence (ne pas avoir de rapports sexuels avec une personne autre que son conjoint). On prélève une cordelette qu’on lui met autour de la taille, elle n’aura point de relation sexuelle hors mariage», explique-t-il.

Dans son livre, Serigne Guèye précise aussi que «c’est le couteau qui doit égorger le mouton qui doit servir à couper la corde laissant la partie la plus longue du côté du piquet, en récitant d’abord : ‘’Bismillah’’». Outre la corde, la corne gauche du mouton est également, selon l’auteur de cet ouvrage, «très efficace contre les vols». Le guide religieux informe aussi que le couteau taché de sang, qui a servi à égorger la bête, «est très efficace pour rendre une personne intelligente, qu’elle soit jeune ou âgée».

A part ces objets, M. Guèye renseigne dans son livre que le foie, la langue, la tête, la vésicule biliaire, les testicules sont aussi très importants. Lors de sa conférence, El hadj Malick Gueye n’a pas manqué de préciser que ces vertus ne peuvent être trouvées que dans le mouton de Tabaski, autrement dit un autre mouton égorgé en dehors de la fête de l’Aid el Kebir ne peut pas procurer ces bienfaits.

dkane@lequotidien.sn

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Ciné sous les étoiles – La La Land
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués