CINéMA & THéâTRE  |     LIVRES  |     MUSIQUE & DANSE  |     ARTS  |    

Film: la première réalisation de Kaar Kaas Sonn

Par Journaldutchad.com - 06/09/2013

L’artiste et activiste tchadien s'investit dans le cinéma, avec un sujet sur l’utilité du téléphone portable

 

Selon la note de l’auteur tchadien, il s'agit d'un projet initié avec des étudiants en école de commerce et dont le sujet porte sur l'addiction au téléphone portable. Le défi pour le néo-réalisateur tchadien était de produire ce film sans un budget. Nous avons écrit le scénario, les jeunes ont accepté d'être des acteurs et j'ai réalisé confie l’artiste musicien Kaar kass Sonn. Car, il n’a pas totalement fuit ses premiers amours, et signe les musiques de cette œuvre. Bref comme, il le dit lui-même «tout le matériel m'appartient». La sortie du film intitulé «I-Titude» est prévue pour bientôt.

<div align="center"><iframe width="420" height="315" src="//www.youtube.com/embed/QZCstWx5WFY" frameborder="0" allowfullscreen></iframe></div>

 

A propos du réalisateur
Kaar kass Sonn a surpris l’opinion publique, il y a quelques mois de cela, lorsqu’il a entamé une grève de la faim dans sa ville de Laval, puis à Paris, pour disait-il «protester contre les arrestations arbitraires d’hommes politiques et de journalistes tchadiens, suite à ce que le gouvernement a nommé «tentative de déstabilisation du pays» depuis le 1er mai dernier; protester contre le flou de la justice tchadienne dans cette affaire; attirer l’attention de l’opinion internationale sur ce qui se passe au Tchad dans cette situation; et obtenir la libération de ces personnes détenues sans respect des règles de droit. Aujourd’hui chacune de ses affaires suivent leur cours et l’auteur compositeur et musicien tchadien reste, auteur de trois romans et trois disques. Il est par ailleurs enseignant en Ecole de commerce.

 


© journaldutchad.com
Séquence de I-Tutude
Des extraits de "I-titude"
Avant le téléphone portable, la vie, c'était, comment dire, un tissu de corvées et d'ennuis.

Avant, les gens avaient une montre pour avoir l'heure; un radio-réveil pour se lever le matin. Ne rataient pas le bulletin météo du JT pour savoir le temps qu'il ferait le lendemain.

Ils consultaient les horaires des séances de cinéma dans les pages d'un canard et les horaires de train sur le Minitel.

Les plus branchés avaient des bippers accrochés à la ceinture. Ils se trimbalaient d'énormes baladeurs avec des paquets de cassettes ou de CD à faire tomber un mulet.

Avant, il fallait se débrouiller pour être ponctuel à son rendez-vous. Pas possible d'envoyer un texto vite fait pour se désoler de son retard et retenir une suite infinie de numéros de téléphone par cœur ! Une vraie torture !

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Ciné sous les étoiles – La La Land
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués