SUCCESS STORIES   |     DIASPORA   |     JEUNES TALENTS  |    

Tony Elumelu: l’Africapitalisme, solution au développement de l’Afrique

Par JDT avec heirsholdings.com - 05/06/2013

Dans son discours prononcé lors de l’Assemblé annuelle du BAD au Maroc, l’économiste a vanté les avantages de cette solution

 

L’Africapitalisme ! C’est le remède miracle que Tony Elumelu prescrit aux africains pour sortir le continent du sous-développement. Cette approche implique le secteur privé et peut relancer l’écosystème économique qui soutient tout développement durable. Selon lui, le secteur privé peut résoudre les défis les plus urgents de l’Afrique, par le biais d’investissements à long terme qui créent une prospérité économique et une richesse sociale. Et ce en appliquant son approche. M. Elumelu a parlé de l’échec des interventions traditionnelles de développement, qui ont précédemment caractérisé le développement de l’Afrique. Il a appelé le secteur privé à prendre la responsabilité du développement en prenant exemple sur son expérience personnelle à l’United Bank for Africa (UBA). Il a plaidé avec conviction pour l’Africapitalisme en racontant comment un investissement de 5 millions USD dans l’UBA il y a 17 ans a donné naissance à une multinationale, une institution financière panafricaine qui a créé 25 000 emplois, généré de la richesse pour les communautés à travers l’Afrique, augmenté les moyens financiers pour le commerce, créé une infrastructure financière plus solide pour la croissance de l’économie et des investissements, réglé les taxes aux gouvernements nationaux et locaux pour soutenir les services publics, et donné à des millions de clients le contrôle sur leur vie financière.

 


© forbes.com
Tony Elumelu, président de Heirs Holdings
Le président de Heirs Holdings une société privée d’investissement, et fondateur de la Tony Elumelu Foundation, a comparé l’investissement au flux annuel de l’aide caritative en Afrique (s’élevant à plusieurs fois l’investissement de 2 milliards 750 millions de francs CFA initié par l’UBA) pour montrer que l’implication du secteur privé est une manière largement supérieure et plus efficace de relever les défis liés au développement de l’Afrique. Le récent investissement de 300 millions USD de sa société dans une centrale électrique au Nigéria était un autre exemple d’un investissement à long terme et motivé par le profit qui favoriserait le développement de l’Afrique. Dans un appel à l’action à l’intention des entrepreneurs et des chefs d’entreprises du continent qui n’ont pas encore adopté l’Africapitalisme, il leur a demandé de « prendre l’initiative » et de volontairement commencer à investir dans des secteurs stratégiques qui favoriseraient le développement. Nous devons en finir avec la réflexion à court terme. Nous devrions investir sur des horizons temporels qui se mesurent en décennies, et non en trimestres d’exercice. Nous devons cesser la pratique consistant à extraire de la richesse sans réinvestir pour la croissance. Nous devrions bâtir stratégiquement les industries nationales et manufacturières pour soutenir nos économies nationales et faire croître le commerce intra-africain, a-t-il déclaré.

 

 
MOTS CLES :  Tony   Elumelu   Africapitalisme   Afrique   Développement 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Cinéma: projection du film "La French"
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués