DÉBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

La situation du Tchad à la veille de la visite du président Déby en France

Par Gali Gatta - 14/09/2012

Gali Gatta, député à l'Assemblée Nationale du Tchad

 

Le Tchad engrange les revenus de son pétrole depuis 2003. Sur le plan extérieur il est perçu comme un pays qui connaît une bonne croissance économique et quelques investissements dans le domaine des routes et des bâtiments scolaires classent le Tchad parmi les pays en développement. Cette perception occulte cependant la mauvaise gouvernance politique, économique et sociale qui fait l'objet de ce mémorandum.

Gouvernance sociale
Le pays connaît une grève des travailleurs du secteur public. Par ce mouvement, qui entre dans sa 6ème semaine, les grévistes réclament le respect par le gouvernement des engagements pris par le Président de la République au début de l'année pour mettre fin à la grogne sociale. Aucune solution n'est en vue. Le Gouvernement n'a pas engagé de négociations sérieuses. Il fait pourrir la situation mais ce conflit risque de dégénérer en conflit social généralisé. Nous joignons à ce mémorandum la pétition de l'Union des Syndicats du Tchad (UST) qui envisage une radicalisation de la lutte des travailleurs dans les prochains jours.

 


© journaldutchad.com
Le député lors de sa libération de prison en 2012
Gouvernance sociale
Le pays connaît une grève des travailleurs du secteur public. Par ce mouvement, qui entre dans sa 6ème semaine, les grévistes réclament le respect par le gouvernement des engagements pris par le Président de la République au début de l'année pour mettre fin à la grogne sociale. Aucune solution n'est en vue. Le Gouvernement n'a pas engagé de négociations sérieuses. Il fait pourrir la situation mais ce conflit risque de dégénérer en conflit social généralisé. Nous joignons à ce mémorandum la pétition de l'Union des Syndicats du Tchad (UST) qui envisage une radicalisation de la lutte des travailleurs dans les prochains jours.

Gouvernance économique et financière
La gestion des ressources du pétrole n'est pas transparente alors même que les champs exploités gagnent du terrain. La nation ne sait pas combien rapporte cette ressource au pays, depuis 10 ans l'Assemblée Nationale n'a pas reçu de loi de règlements. Or seule cette loi peut lui permettre d'apprécier comment le budget de l'Etat est exécuté et dans quels secteurs les crédits sont affectés. Après avoir dénoncé ses accords avec la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International, le Gouvernement encaisse les 10% des recettes pétrolières normalement réservées aux générations futures et les 5% devant être affectées aux régions productrices à titre de dédommagement et d'encouragement pour le développement local. L'Etat gère cette manne à sa guise sans se préoccuper de l'épuisement prochain de la ressource pétrolière et sans souci du développement local.

Au niveau des finances publiques la situation est inexplicable. Alors que l'Etat doit avoir la maîtrise de toutes ses ressources pour faire face à tous ses engagements (dettes, salaires, dépenses de santé et d'éducation, etc.), ces ressources sont privatisées, détournées au profit de la famille et du clan. Des pratiques qualifiées sous d'autres cieux de «mafieuse» privent le Tchad de sa richesse.

La vie chère, les déguerpissements et destructions d'habitations pour soi-disant moderniser les villes, font que des milliers de familles survivent dans l'insécurité et la précarité

L'opacité de la gestion des ressources de l'Etat, la corruption, la mauvaise gouvernance en général empêchent le Tchad de sortir de sa situation inexplicable de famine et de pauvreté. Pays pétrolier le Tchad reste en queue des classements internationaux alors que sa situation pourrait être résolue avec une bonne programmation des priorités d'investissement.

Gouvernance politique
Le pays a connu deux tentatives de renversement violent du pouvoir par des rebellions et de nombreuses tentatives de coups d'Etat ponctuent régulièrement la vie politique nationale. Des élections sont régulièrement organisées mais bien que supervisées par l'Union Européenne elles restent entachées de fraudes grossières arrangées pour maintenir au pouvoir un régime contesté. Depuis 2007, un accord dit de consolidation du processus électoral, parrainé par l'Union Européenne et la communauté internationale, a essayé de mettre un peu de transparence dans les élections mais les mauvaises habitudes sont tenaces. Cet accord est arrivé à son terme avec les dernières élections communales. Le gouvernement n'entend plus prendre d'autres engagements et les discussions sont bloquées avec son opposition. Le cadre minimal de concertation pouvoir-opposition est bloqué sur ordre du Président de la République.

La violence est la règle d'or des gouvernants pour se maintenir au pouvoir. La peur de la population lui fait renoncer volontairement à ses droits. L'administration centrale est politisée. Le népotisme et le clientélisme généralisés au mépris de la compétence et de la technicité dans les nominations détruisent les fondements mêmes de l'Etat. L'administration territoriale est militarisée et elle s'impose par la terreur.

Quant à la situation des droits de l'Homme, elle est tout simplement dramatique. Toutes les protestations restent sans écho et comme le pouvoir le dit «les chiens aboient, la caravane passe». Restent dans les comptes non soldés du régime de nombreux cas de disparitions forcées dont celle du Professeur Ibni Oumar Mahamat Saleh.
Alors que le Président Idriss Déby Itno se prépare à être reçu le 8 octobre prochain à l'Elysée, il serait bon, en raison des liens historiques entre les peuples français et tchadien, de discuter des problèmes intérieurs du Tchad: pays sans progrès humain, dans une situation de famine et de santé qui contraste avec les ressources engrangées de l'exploitation de son pétrole.

Il serait regrettable que le besoin d'une intervention Tchadienne au Mali ou que des contrats économiques (exploitation pétrolière et minière) soient négociés sans contrepartie au niveau de la bonne gouvernance, du progrès social et humain. Les Tchadiens ont souffert et payé un lourd tribut à la politique aveugle pratiquée par les Présidents Sarkozy et Kadhafi au Tchad.

J'espère que le changement politique en France amènera nos deux pays à tourner définitivement la page dramatique de cette coopération sans progrès. Nous ne pouvons pas sacrifier le Tchad, sa République, sa liberté et son développement sous prétexte qu'Idriss Déby serait l'homme de la stabilité du pays voire de la région, un bouclier contre la menace islamiste, arguments que présentaient déjà en son temps un certain Mouammar Kadhafi, ou même Bachar al Assad, pour se maintenir au pouvoir.

 

 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

La renaissance de l'Assemblee Nationale

Par tchadorum

17/09/2012 08:49

Si chaque Depute' faisait ce Dr. Gali vient de faire, le Tchad ne serait pas la ou nous en sommes. Il faut juste un peu de courage pour que le peuple comprenne qu'il a des personnes qui sont capable de se tenir debout avec eux.

Bon Courage!

mobilisation générale

Par balatna

23/09/2012 22:25

Voilà un député digne de ce nom! Où sont les autres élus du peuple? Où est leur voix?

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Concert caritatif de l'Association World for Tchad au Bataclan, Paris
Tous les événements
    Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/jdtchad/www/article.php on line 364

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués