SUCCESS STORIES   |     DIASPORA   |     JEUNES TALENTS  |    

Trait pour trait: Parcours atypique de deux athlètes tchadiennes

Par Danzabé Wigné, La Voix - 28/06/2012

Elles sont les seules filles parmi les 10 athlètes tchadiens ayant participé à la compétition internationale d’athlétisme qui s’est déroulée à Yaoundé

 

Ambitieuses, Adeline Mossomadji et Sidonie Madallah sont parties de rien, pour devenir des athlètes de renoms. Âgées de 14 et 16 ans, sont respectivement originaires Nassian (village situé à 25kilomètres de Doba) et de Koumra. La premièreen classe de 5ème au CEG de Nassian, l’autre au lycée de Koumra en classe de 2nd. Ces adolescentes venues du Tchad profond n’ont pas cessé de marquer le public par leur physique et leur moral haut partout où elles passent. Par rapport à leur participation à la compétition internationale d’athlétisme, Sidonie et Adeline ne cachent pas leur satisfaction: «c’est encore première participation, bien que nous n’ayons pas remporté des médailles en or, nous avons au moins appris quelque chose de cette compétition. Pour ce faire, nous allons chercher à redoubler d’efforts et surtout, améliorer nos manquements pour que le tricolore de notre pays soit hissé à chaque fois que nous serons en compétition». A l’issue de la compétition de Yaoundé où le Tchad a remporté 15 médailles, les deux jouvencelles tchadiennes s’en sortent chacune avec deux médailles en argent.

 


© La Voix
Adeline Mossomadji (à gauche) et Sidonie Madallah
Adeline, cette adolescente de teint noir, toujours souriante et calme a commencé à s’intéresser à l’athlétisme quand elle était en classe de 6ème. «En ce temps là, à chaque compétition inter-quartiers ou interclasses, j’arrive toujours première. C’est ainsi que mes parents et les autorités de la place ont commencé à m’encourager. Cela m’a réconforté et chaque jour aux environs de 5 heures du matin, j’essaie de faire le tour de mon petit village, à la fin, je fais un peu d’étirements. C’est ce qui a fait que j’ai aujourd’hui des pieds légers». Ces talents lui ont porté bonheur. Elle était sélectionnée pour représenter sa région à la semaine nationale d’athlétisme d’avril dernier. Lors de cette compétition, elle dame pions aux autres filles aux 400 et 1 500 m.

Repartie à Nassian toute joyeuse, Adeline reprend normalement le chemin de l’école et sa vie dans son beau village où elle apprend qu’elle doit se rendre à Yaoundé pour une compétition internationale. «Après trois jours d’entraînement à N’Djaména, nous nous sommes rendues à Yaoundé. Au 800 comme au 1 500m, j’étais 2ème. Et cela m’a valu deux médailles en argent». Dans son village, beaucoup de choses se racontaient autour d’elle. Les jaloux la traitaient de tout. Tantôt qu’elle sort avec son entraîneur, tantôt qu’elle risque de devenir prostituée. Mais, cela n’a pas empêché la petite fille de continuer avec le sport: «Mon projet pour l’heure, c’est de faire de l’athlétisme ma profession. Une fois rentrée à Nassian, je vais faire plus de footing qu’avant. Car, plus je fais le sport, plus je deviens performante».

 


© La Voix
Le numéro dans lequel l'article a paru
Sidonie, la fille aux yeux doux, s’est donnée au sport dans les années 2008-2009. Elle pratiquait à la fois l’athlétisme et le football. Vu sa performance au lycée et dans les quartiers, elle a été très vite sélectionnée pour la compétition d’athlétisme à Doba. Suite à un choc, elle abrège la compétition. Une fois sa santé recouvrée, elle reprend les entraînements. Après quelques séances d’entraînement, les sélectionneurs de Koumra portent encore leur choix sur elle pour la semaine nationale d’athlétisme de N’Djaména. A l’occasion de cette semaine nationale d’athlétisme, elle a fait ses preuves. Elle explique: «pendant cette compétition, j’ai fait les 100 et 400 m. Au 100 m j’étais première. C’est au 400 m que j’ai eu une déchirure donc j’étais deuxième. A Yaoundé par contre, j’ai fait uniquement les 100 m. Lors de la compétition, j’ai réalisé un chrono de 12,08. J’ai occupé le 3ème rang».

Les raisons de cet échec sont nombreuses, en commençant par l’impréparation et le manque d’équipement et des stades pour des entraînements. A ce titre, les deux athlètes souhaitent à ce qu’on mette à leur disposition des entraîneurs et d’équipements nécessaires pour leur permettre de bien pratiquer le sport. Selon Sidonie, à Koumra, le terrain n’est pas bien aménagé, les gens s’entraînent sur le sable et cela leur donne de la peine.
 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Courage

Par Seid Gaya - Ple

02/07/2012 01:37

Je voudrais dire beacoup de courage à mes deux soeurs qui ont embrasse l'athletisme. Je vous conseille de beaucoup travailler et ne comptent sur personne puisque l'athletisme n'est pas sport roi au Tchad. Et encore pure que les responsables de ce ministere n'encouragent pas cette discipline. Ancien athlete

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • La Voix paraît désormais le lundi
  • La Voix est passé de 8 à 12 pages
  • Mohamadou Houmfa, Journaliste, Directeur de publication du journal LA VOIX (Tchad)

Agenda - événements

Ciné sous les étoiles – La La Land
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués