SUCCESS STORIES   |     DIASPORA   |     JEUNES TALENTS  |    

A l’ère de la renaissance: Des jeunes administrateurs dirigent le Tchad

Par Djiddo Bourma - 28/03/2012

M. Ndodegui Alain, administrateur civil de 2ème classe, est le préfet actuel du département de Mamdi (Bol), région du Lac

 

La mine d’un jeune premier, il a été nommé à ce poste d’une très grande responsabilité, il y a de cela six mois à peine. M. Ndodegui Alain est natif de la ville de Moissala, département de Barh Sara, au Sud du Tchad. Né le 10 octobre 1977, l’administrateur civil de 2ème classe est à son troisième décret de nomination. Après avoir gravi tous échelons comme stagiaire au ministère de l’Administration du Territoire et à l’inspection générale de l’administration, il a été nommé la première fois comme sous-préfet de Massaguet, ensuite Secrétaire général de la région de Wadi Fira. C’est à force de travail dans les régions assez reculées qu’il a pu à la force de ses mains et de son intelligence gagné ses titres successifs. Quand un administrateur travaille plus de deux ans dans l’administration, ça devient une routine pour lui. C’est à lui maintenant de créer et faire fonctionner sa mémoire. J’ai servi dans trois régions qui ont chacune ses propres problèmes. Par exemple, dans la région de Wadi Fira, ce sont les cas de vol des chameaux, braquages à mains armées, les crimes etc. Tandis qu’à Bol, généralement nous réglons les problèmes fonciers, des iles, des polders etc., explique-t-il. Selon lui, pendant les deux ans qu’il a passé au Secrétariat général de la région de Wadi Fira, il n’a pas rencontré de difficultés majeures et avait de bons rapport avec ses collaborateurs. J’ai quitté cette région avec des bons souvenirs dit-il, surtout qu’il a travaillé avec deux gouverneurs différents qui sont également des administrateurs de carrière. Il se base sur le modèle de ces administrateurs pour accomplir sa mission.

 


© journaldutchad.com
M. Ndodegui Alain, préfet de la région du Lac
Quel parcours?
Il est acquis que pour faire carrière dans l’administration tchadienne, il faut y avoir fait ses classes. Ndodegui Alain a une maîtrise en Droit de l’Université de Youandé II. Un signe que le jeune adulte n’a jamais vraiment tenu sur place. Il a commencé ses études primaires dans les années 84, en République Centrafricaine (RCA), et les a achevées à Moissala au Tchad. Après avoir obtenu son Certificat d’Etudes primaires et élémentaires (CEPET) et son Brevet d’Etudes de Premier Cycle (BEPC), au CEG de Moissala, il entre au Lycée Adoum Dallah de Moundou, où il fait les classes de 2nd et 1ère. Ensuite, il entre au Lycée Joseph Seid de Pala où il obtient son Baccalauréat série A4, en 1999. Assez indécis sur la suite de sa carrière, Ndodegui Alain chôme une année avant de faire le concours de l’ENAM en 2001. Il était admissible mais est recalé à l’oral. Il est reste à N’Djamena pour donner des cours des soutiens à ses jeunes camarades qui préparent le Baccalauréat. L’année suivante, il évite le concours de l’Ecole d’administration et entre en première année de Droit et Technique juridique de l’université de Ndjamena au Tchad. Après ses trois ans d’études sans faute, il obtient la Licence avec une moyenne de 12,75 et une mention. A son avis, c’est cette mention qui lui a permis de s’inscrire en 2006-2007 avec plus de lucidité et de visibilité, à l’Université de Yaoundé II (SOA), où il obtient sa Maîtrise en Droit. En principe, il s’était lancé pour faire son Diplôme d’Etude Approfondies (DEA), mais comme le destin est capricieux et les voies du Seigneur insondables, Ndodegui Alain est intégré à la Fonction publique tchadienne. Il abandonne la suite de ses projets d’études et revient pour servir son pays. Toute de suite, j’ai pensé qu’il ne faut pas que je sois ingrat à l’égard de mon pays. Je me suis dis, il me faut revenir pour servir le Tchad, sans aucune arrière pensée. Sinon, rien ne m’empêchait d’aller jusqu’au doctorat, raconte-t-il. Depuis lors, il se déplace au gré des décrets le nommant à divers poste de responsabilité.

Le jeune administrateur a perdu son père en 1996. Sa mère étant ménagère souligne-t-il, il a grandit auprès de ses grands frères et tantes maternelles. J’ai reçu une autre éducation. J’ai pris mon destin en main, étant très jeune. Je me suis dis la seule chose qui peut remplacer mon père, ce sont les études. M. Ndodegui Alain en a fait une bonne par et n’est pas déçu de son parcours de jeune premier. Il est le préfet actuel du département de Mamdi (Bol), région du Lac

 

 
MOTS CLES :  Renaissance   Administrateur   Tchad   Alain Ndodegui   Bol   Lac 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Ciné sous les étoiles – La La Land
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués