ECONOMIE ET BUSINESS  |    

Recettes fiscales: “La réforme de l’IRPP permet d’asseoir une équité fiscale”,Abdoulaye Barh Bachar

Par Tchadinfos.com - 16/01/2018

Le système de l’Impôt sur le Revenu des Personnes Physiques (IRPP) au Tchad date des années 1960. Depuis la promulgation du code général des impôts, il n’y a pas eu de réforme en matière d’IRPP.

 


© Droits réservés
Le directeur général du ministère des finances et budget, Abdoulaye Barh Bachar.
La loi des finances 2006 a apporté une légère modification à cet impôt en diminuant la tranche la plus élevé à 60% au lieu de 65%. Le directeur général du ministère des finances et budget, Abdoulaye Barh Bachar a indiqué au cours d’une communication que “l’IRPP a demeuré un système global, c’est à dire qu’il est assis sur la somme algébrique des différents revenus catégoriels (Traitements/salaire, bénéfice industriel, commercial et agricole, bénéfice non commercial, revenus des garants majoritaires, revenus de capitaux mobiliers, plus valus, revenus fonciers). Mais en réalité, au Tchad, il est assis essentiellement sur les traitements et salaires à travers une revenue à la source dans la plupart des cas”.

Dans la pratique, l’abattement de 40% concerne le quotient familial et les contribuables disposant de hauts salaires, plus particulièrement ceux ayant de nombreuses personnes à charge dit le DG du ministère des finances et du budget.

Selon le DG du ministère des finances et du budget, “en 2018, il est question d’abandonner ce système global très compliqué au profit d’un impôt dual. Cet impôt dual consiste à deux impositions : la taxation de la rémunération qui englobe l’IRRP/TS, le bénéfice industriel et commercial, le bénéfice non commercial, le bénéfice agricole, la rémunération des gérants majoritaire d’une part soumis à un taux progressif et la taxation du capital d’autres part qui supporte un taux proportionnel qui est désormais de 15% si on est résident au Tchad et 20% si on n’est pas résident au Tchad”.

Pour le DG du ministère des finances et du budget, cette réforme de l’IRRP permet de simplifier le calcul et d’asseoir une équité fiscale entre les agents du secteur privé et ceux du secteur public en ce qui concerne le taux imposé à un 10,5%. En effet, le taux de 10,5% est normalement retenu pour les salaires compris entre le SMIG et 150.000 FCFA mensuel selon les dispositions de l’article 122 du Code Général des Impôts. La reforme permet de corriger cette erreur en appliquant les dispositions du CGI a tous de manière indistincte.

Contrairement au secteur privé, les indemnités des agents du secteur public sont affranchies de l’impôt conformément aux dispositions de l’article 45.3 du Code Général des Impôts qui n’a pas été touché par cette réforme, explique le DG du ministère des finances et du budget.

 
MOTS CLES :  Tchad   Recettes   Fiscales   Impôt   Sur   Le   Revenu   Des   Personnes   Physiques 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Ciné sous les étoiles – La La Land
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués