NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |     MINUSMA & BARKHANE  |       |    

Tchad: la FAJ demande la libération du journaliste Juda Allahondoum

Par Rfi - 08/11/2017

Au Tchad, la Fédération africaine des journalistes (FAJ) demande la libération immédiate de Juda Allahondoum, directeur de publication du magazine Le Visionnaire.

 


© Droits réservés
Thomas SAMSON/Gamma-Rapho via Getty Images Soldats tchadiens devant le tribunal de Ndjamena
Au Tchad, le directeur de la publication de l'hebdomadaire Le Visionnaire a été arrêté le 17 octobre dernier puis inculpé et incarcéré pour avoir publié un article consacré à une affaire d'immatriculation d'avion qui défraye la chronique à Ndjamena.

Un Airbus A-340 américain a été utilisé à Damas par la compagnie nationale du régime syrien, après avoir reçu une immatriculation du Tchad. Plusieurs hauts-responsables, dont la ministre de l'Aviation civile et des dirigeants de l'Autorité du secteur ont été limogés et interrogés par la police dans le cadre de cette affaire.

Pression pour « révéler ses sources »

Selon une source policière, « la parution de cet article est une entrave à l'enquête ouverte par la justice ». Dans un communiqué publié le 7 novembre, la Fédération africaine des journalistes (FAJ) dénonce une atteinte à la liberté d'expression.

« Nous dénonçons simplement le fait qu’il soit mis en prison pour avoir écrit un article, déclare Gabriel Baglo, secrétaire général de la Fédération des journalistes africains (FAJ). L’article a été illustré par des photos du Premier ministre et de la première dame, dont la sœur était au gouvernement auparavant et démise de ses fonctions après ce scandale. Tout laisse croire que cet article gêne des personnes proches du pouvoir ou des membres du gouvernement qui veulent faire taire ce journaliste ».

« Ce qui est en cause ici, ce n’est pas la véracité de ce qu’il a écrit mais on veut savoir d’où il tient ces informations, poursuit-il. Parce qu’il a cité ou parce que l’article a cité les membres du gouvernement et des proches du pouvoir, on lui demande de révéler ses sources. C’est incroyable, c’est contre les principes de la profession. Si la justice a des choses à reprocher à son article, on peut le convoquer. Il pourra s’y rendre et rentrer chez lui continuer son travail. Nous demandons sa libération immédiate ».
 
MOTS CLES :  Tchad   Fédération   Africaine   Des   Journalistes   Liberté   De   Presse 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Ciné sous les étoiles – La La Land
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués