NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |     MINUSMA & BARKHANE  |       |    

Lutte contre apatridie: chacun a droit à une nationalité

Par zamaninfos.com - 06/11/2017

Sous le thème «Au pays de Tomai, chacun a droit à une nationalité», la célébration du troisième anniversaire de la campagne mondiale visant à éradiquer l’apatridie d’ici 2024 s’est tenue à Nd’jamena.

 


© Droits réservés
Au Tchad, des milliers de personnes sont toujours sans nationalité
L’apatridie est synonyme d’une vie sans éducation, sans soins médicaux, sans travail légal. Pire, d’une vie sans possibilité de circuler librement, sans perspectives, sans espoir. Face à l’urgence nécessité de mettre fin à cette injustice, le HCR a lancé en 2014, la campagne mondiale visant à éradiquer l’apatridie d’ici 2024. De ce fait, chaque année l’organisation célèbre le 4 novembre, l’anniversaire de la campagne et lance un appel fort à la communauté internationale afin de mettre fin à cette situation inhumaine.

Le représentant adjoint du HCR au Tchad, M. Edward O’Dwyer, déclare qu’au Tchad, les défis liés au système d’état civil, le non-enregistrement à l’état civil de 88% des enfants de moins de 5 ans, environ 130 000 enfants réfugiés, déplacés internes et retournés sans acte de naissance parmi lesquels plus de 98 000 enfants réfugiés soudanais nés au Tchad entre 2003 et 2015, sont autant de situations pour lesquels le HCR avec l’appui de ses partenaires travaille en étroite collaboration avec les acteurs pour lutter efficacement contre les risques d’apatridie au Tchad.

La représentante adjointe de l’UNICEF, Mme Hadja Aïssata Ba Sidibe, annonce que, son institution est engagée auprès du gouvernement tchadien dans la réforme du système d’enregistrement des naissances et est prête à renforcer davantage son engagement et sa collaboration avec les différents acteurs concernés dans le cadre de la lutte contre l’apatridie.

 


© Droits réservés
United Colors of Benetton lance la compagne « I Belong » pour soutenir le programme du HCR dans la lutte contre l'apatridie.
Au Tchad, seulement 12% des enfants de moins de 5 ans disposent d’actes de naissance, plus de 130 000 enfants réfugiés nés au Tchad ne disposent pas d’actes de naissances, les déplacés internes ainsi que les retournés tchadiens n’ont pas l’accès facile aux documents d’identité. Très peu de tchadiens disposent d’une carte d’identité nationale, rapporte pour sa part, le représentant du HCR au Tchad M. Mbili Ambaoumba.

Le secrétaire général du ministère de l’administration du territoire et la gouvernance locale M. Tahir Oloy Hassan, déclare qu’il faut agir pour corriger cette injustice que subissent les apatrides dans le monde, ajoutant que, le temps est désormais à l’action et à la mobilisation internationale afin de disposer de moyens et instruments nécessaires pour mieux lutter contre l’apatridie. «Le Tchad a actualisé sa législation relative à l’état civil en instaurant la gratuité et l’universalité des actes de l’état civil ainsi que la continuité de ses services. Il s’est engagé également à adapter son système d’état civil à travers l’évaluation globale du système national d’état civil. Car, un système d’état civil défaillant peut être la cause de risque d’apatridie», justifie M. Tahir Oloy Hassan.
 
MOTS CLES :  Apatridie   Nd’jamena   Hcr   Tchad 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Ciné sous les étoiles – La La Land
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués