SOCIéTé  |    

La dégradation des voies bitumées rend difficile la circulation à N’Djaména

Par APA - 17/10/2017

Motocyclistes et automobilistes ne cachent pas leur désarroi face à cette situation mais la direction des routes et le fonds d’entretien routier, restent sans réaction

 

A N’Djaména, la capitale tchadienne, la circulation est devenue de plus en plus difficile à cause de la dégradation avancée des rues bitumées.

Motocyclistes et automobilistes ne cachent pas leur désarroi face à cette situation mais la direction des routes et le fonds d’entretien routier, restent sans réaction.

Les gros nids de poule et des bordures de route dégradées font partie des principaux vecteurs d’accidents dans la capitale.

L’Avenue Taïwan, une grande voie reliant plusieurs quartiers à l’Est et au Sud de la capitale, est dans un état de dégradation maximale.

A chaque mètre, l’usager est obligé de freiner pour ne pas abimer son véhicule dans les trous béants qui jonchent la chaussée.

Aux heures de pointe, les usagers sont entièrement couverts de poussière, les riverains quant à eux n’ont que leurs yeux pour pleurer parce que, disent-ils, leur cris ne sont jamais tombés dans l’oreille de qui de droit.

Les tronçons Ngarta Tombalbaye-Hamama, l’avenue Goudji, passant devant les Brasseries du Tchad, principale route de sortie Nord de la capitale, sont toutes dans une situation de délabrement avancé.

Les routes interurbaines reliant la capitale à d’autres chefs-lieux des régions ne sont pas mieux loties car elles sont elles aussi dans un état de dégradation.

Les voies bitumées qui restent encore un bon état sont submergées par des amas de terres et sable qui cachent mal le goudron comme dans les avenues Pascal Yoadoumnadji, Jacques Nadjingar, Imam Tom Tahir, Mgr Mathias Ngarterie ou encore Mobutu, qui sont en partie gagnées par le sable.

 


© Droits reservés
Les femmes recrutées par les communes pour le nettoyage, bien que dépassées par l’ampleur des dégâts, continuent, stoïques, à faire leur travail.

Les usagers ne cessent d’interpeller les pouvoirs publics. Pour Nodji Christian, si «les usagers circulent encore sans accident sur certaines avenues de la capitale, c’est grâce au Seigneur».

« Il faut que les autorités viennent voir ce bazar. Si je dois suggérer quelque chose, c’est de dire à nos politiques qui s’occupent de nos infrastructures d’être un tout petit peu patriotes. S’ils le deviennent, je crois que la première des chose qu’ils feront sera de nous remettre ces routes en état. Qu’ils en finissent avec ces routes et nous discuterons de l’émergence du Tchad par la suite».

Pour d’autres citoyens il y a une négligence certaine dans l’entretien des routes. Au volant de sa voiture, roulant très lentement pour éviter les nids de poule de l’Avenue Taïwan, Abdramane fulmine : «le Tchad vient de tenir son Plan national de développement mais les autorités oublient que le développement économique passe par la construction de bonnes routes, c’est cela qui protégera le citoyen des accidents de la route».

« Le seul problème au Tchad c’est le manque de volonté politique. Si nous ne prenons pas soin de la route, nous allons tous mourir à cause des accidents. Si le gouvernement veut qu’il y ait la sécurité routière comme on le dit souvent, il faut bien entretenir les voies bitumées», martèle de son côté Kader Abakar.

Face à cette situation, le Fonds d’entretien routier (FER), rassure que des moyens sont en train d’être mobilisés pour démarrer des travaux de réhabilitation.

Mais au ministère des Infrastructures, des sources contactées par APANEWS, déclarent que les travaux de réhabilitation sont interrompus par le manque de moyens à cause de la crise économique et financière que le pays traverse.
 
MOTS CLES :  Tchad   Routes   Voies Bitumées   Dégradation 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Ciné sous les étoiles – La La Land
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués