NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |     MINUSMA & BARKHANE  |       |    

D'anciens rebelles appellent l'État tchadien à respecter les accords de paix

Par voaafrique.com/ - 11/09/2017

Après avoir adressé plus de 20 lettres de rappel aux Premiers ministres qui se sont succédé sans succès, les ex-combattants revendiquent une indemnisation de plusieurs milliards de francs CFA

 


© Droits reservés
Le général de Brigade à la retraite, Yaya Batit Ali, en grand boubou entouré des veuves des ex-combattants de la FRRRT à N'Djamena, 9 septembre 2017. (VOA/André Kodmadjingar)
Au Tchad, les anciens rebelles de la Force de ratissage pour le regroupement et de redressement du Tchad (FRRRT), ralliés au régime de Déby en 2006, dénoncent la mauvaise mise en application des clauses de l'accord de paix.

Le général Yaya Batit Ali, ex-chef de ce mouvement rebelle, menace de saisir la Cour Pénale Internationale pour faire la lumière sur ceux qui se sont sacrifiés pour maintenir Déby au pouvoir.

Plus de 10 ans après l’accord de Tripoli signé en 2006, le général à la retraite, Yaya Batit Ali, se rend compte qu'il n'est pas satisfait de la politique menée par le régime.

Après avoir adressé plus de 20 lettres de rappel aux premiers ministres qui se sont succédé sans succès, les ex-combattants sortent du silence. Ils revendiquent une indemnisation, dont le montant se chiffre à plusieurs milliards de francs CFA.

Le général Yaya Batit Ali, chef de l’ex-FRRRT, explique que "les conditions exigeaient des récompenses" selon l'accord paraphé avec le régime de N’Djamena sous l’égide du guide de la révolution libyenne Mouamar Khadafi en 2006.

Selon lui, à l’issu de cette négociation où neuf mouvements politico-militaires du Front unis pour le changement (FUC) ont pris parti, la FRRRT a été le tout premier a accepté sans hésitation à faire la paix avec le régime de N’Djamena.

 


© Droits reservés
Idriss Déby Itno, président de la république du Tchad, le 7 novembre 2015. (VOA/André Kodmadjingar)
C’est ainsi que 1600 éléments ont regagné la légalité avec moyens roulants, armes et munitions et ont participé à tous les combats au côté du chef de l’Etat aux nombres desquels, la guerre des 2 et 3 février 2008. Mais les paiements n'ont pas été ceux espérés.

"Je suis militaire, retraitée en 2011. Je n’ai rien reçu de toutes les promesses qu'on nous a faites, pas même la prime de départ. Mon mari a été tué en pleine guerre et c'est le général Yaya Batit Ali qui s'occupe de nous", explique une veuve de combattants.

"Que le président de la République verse le droit de nos maris tombés sur les champs de bataille pour nous permettre d’éduquer nos enfants", demande-t-elle.

"Je suis l’épouse d'Alhabo Defallah, militaire à la fourrière tué il y a 7 ans pendant la guerre d'Amdam. Je suis mère de six enfants. Depuis le décès de mon mari, l'état ne pense même pas à nous. On vit dans la misère", témoigne-t-elle.

"J'ai été mis à la retraite en 2011 sans droit avant même l'âge requise", raconte ce commandant de régiment basé à Tissi. "Nous sommes des pères de famille. Nous n'avons ni détourné l'argent de l'État, ni troublé l’ordre public. C’est du népotisme pur et simple. Nous lançons un appel au chef de l’Etat de payer nos droits".
 
MOTS CLES :  Tchad   Rebelles   Accord   Paix 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Ciné sous les étoiles – La La Land
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués