ECONOMIE ET BUSINESS  |    

Au Tchad, les indicateurs sont au rouge

Par Deutsche Welle - 08/08/2017

La crise post-électorale continue de plonger le Tchad dans une impasse socio-politique. Les activités tournent au ralenti dans tous les secteurs

 

Le marasme socio-économique frappe le Tchad depuis la réélection d’Idris Deby en août dernier. Une réélection contestée par l’opposition et suivie dans le pays par une vague de protestations et de grèves des fonctionnaires dans plusieurs secteurs clés comme la santé et l’éducation. L’effondrement des prix du pétrole sur le marché international a sensiblement aussi affecté l’économie du Tchad, qui dépend en grande partie des revenus pétroliers.

D'où les espoirs que suscite cette conférence des bailleurs dont les retombées devraient profiter à toute la nation selon Saleh Kebzabo, chef de file de l’opposition."Lorsque les partenaires du Tchad vont se réunir, il faudra qu’il y ait de fortes conditionnalités dans l’utilisation des ressources qui vont nous être octroyées. Vous savez que le système de prédation au sommet de l'Etat est le système courant. Dès qu’il y a un peu d’argent qui vient, il se volatilise très vite. Il faut que cet argent soit destiné au peuple tchadien, qu’il revienne le Tchad dans son entièreté qui doit être aidé, et non pas un régime qui a mis a plat le pays comme aujourd’hui."

Et pour donner la chance au dialogue inclusif, estime toujours Saleh Kebzabo, il faut inévitablement se parler sans faux fuyant face aux maux qui gangrènent le pays, y compris les violations des libertés publiques. "Imaginez-vous que la démocratie au Tchad, consiste à interdire les réunions. Même dans les lieux privés. Pas de meeting, pas de marche pacifique. On vous envoie des gaz lacrymogènes ou des militaires avec des balles réelles qui vont tirer sur vous."

 


© ©Droits réservés
Des accusations que rejette en bloc Mahamat Zene Bada, coordonnateur de la Majorité présidentielle. Toutefois, cet acteur politique affirme que le forum national reste un cadre officiel pour des échanges sans tabou.
Bildergalerie 10 Jahre Ölförderung im Tschad (Christof Krackhardt)

"L’administration en général, l’Assemblée, peut-être une Ceni qui peut accompagner notre décentralisation lors des prochaines tables rondes, et se pencher aussi sur la question de la Fédération…"

L’opposition a d’ores et déjà mis en garde contre tout détournement des objectifs du forum. Dans un communiqué rendu public jeudi dernier, l’opposition demande un comité paritaire dont la mission sera d’organiser les assises nationales sous la supervision de la communauté internationale.
 
MOTS CLES :  Tchad   Economie   Petrole   Marasme Socio-économique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Ciné sous les étoiles – La La Land
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués