SOCIéTé  |    

Cédéao, Tchad et Mauritanie s'inquiètent de leur croissance démographique

Par RFI - 24/07/2017

Ils se sont d'ailleurs engagés à encourager leurs Etats travailler à ramener à trois le nombre d’enfants par femme d’ici à 2030 et à augmenter à 2% par an le budget consacré à la santé

 

[b Au Burkina Faso, les parlementaires de la sous-région ouest-africaine, de la Mauritanie et du Tchad viennent de s’engager à œuvrer à la réduction du taux de natalité dans leurs pays. Face à une croissance démographique qui est l’une des plus élevées au monde, avec 6 enfants par femme en moyenne, la zone Cédéao fait face à de nombreux défis qui font dire à certains parlementaires que la croissance démographique constitue une « bombe »] à retardement si rien n’est fait pour la freiner. Ils se sont donc engagés à encourager leurs Etats travailler à ramener à trois le nombre d’enfants par femme d’ici à 2030 et à augmenter à 2% par an le budget consacré à la santé.

Au cours de la réunion de Ouagadougou, les parlementaires ont sonné l’alarme sur le non-respect de l’engagement d’Abuja, qui exigeait des Etats africains d’accorder au moins 15% de leur budget à la santé.

« Les taux les plus élevés tournent autour de 12% au niveau du Burkina Faso. Avec 4% du budget consacré à la santé, on ne peut pas faire de la santé. Il faut absolument changer », insiste Xavier Crespin, le directeur général de l’Organisation ouest-africaine de la santé.

 


© Droits reservés
Parlementaires de la Cédéao, de la Mauritanie et du Tchad ont affirmé vouloir limiter à trois le nombre d'enfants par femme afin de faire baisser de moitié, d'ici 2030, le taux de fécondité le plus élevé au monde, à Ouagadougou, le 22 juillet 2017. Ou © G
Les parlementaires de Cédéao, du Tchad et de la Mauritanie décident donc de veiller à une augmentation de 2% par an du budget réservé au financement de la santé.

Salifou Diallo, président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso : « Les parlementaires ont convenu que les différents Parlements devraient veiller à ce que, dans tous les budgets, il y ait un accroissement annuel de 2% du budget de la santé. Deuxième point extrêmement important, les parlementaires de la Cédéao, du Tchad, de la Mauritanie ont convenu que d’ici 2030, nos Parlements devraient inciter nos gouvernements à mettre en place des politiques pour que chaque femme ait, au plus, trois enfants. »

Au-delà du financement de la santé, Marcel de Souza, le président de la commission de la Cédéao exhorte les dirigeants africains à la mise en place d’infrastructures de loisirs. « Lorsqu’il n’y a pas de politique de loisir, il faut occuper les hommes. Sinon ils n’ont que leurs femmes et ça crée des dégâts. »

Une croissance démographique non maîtrisée pourrait constituer une bombe à retardement pour les Etats africains, a martelé Salifou Diallo.
 
MOTS CLES :  Tchad   Cédéao   Mauritanie   Croissance Démographique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Ciné sous les étoiles – La La Land
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués