NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |     MINUSMA & BARKHANE  |       |    

CPI: les juges doivent réexaminer la demande de libération de Laurent Gbagbo

Par AFP - 20/07/2017

La chambre d'appel de la Cour pénale internationale (CPI) a en effet ordonné mercredi aux juges de première instance de réexaminer la demande de libération de l'ex-président ivoirien

 

La chambre d'appel de la Cour pénale internationale (CPI) a ordonné mercredi aux juges de première instance de réexaminer la demande de libération de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo pour le reste de son procès, une petite victoire pour l'ancien homme fort d'Abidjan.

Premier ex-chef d'État remis à la CPI, Laurent Gbagbo avait fait appel en mars de la décision de la Cour de le maintenir en détention à La Haye pendant toute la durée de son procès pour crimes contre l'humanité commis lors de violences post-électorales ayant déchiré la Côte d'Ivoire en 2010-2011.

"La chambre d'appel décide d'annuler la décision remise en question et ordonne à la chambre de première instance de mener un nouvel examen" pour "savoir si M. Gbagbo devrait continuer à être détenu ou devrait être libéré avec ou sans conditions", a déclaré le juge Piotr Hofmanski.

"Nous prenons acte et nous faisons confiance" à la CPI, a réagi de manière laconique Bruno Koné, le porte-parole du gouvernement ivoirien.

La branche des "frondeurs" du Front populaire ivoirien (FPI), fondé par Gbagbo, estime que la décision "in fine, contient les données qui fondent son espoir d’un prochain retour du président Laurent Gbagbo parmi" eux et "invite (...) sympathisants et militants à rester sereins et confiants dans l’attente d’un nouvel examen au plus tard dans 120 jours", selon un communiqué.

Le FPI est secoué depuis des mois par une crise interne entre des réformateurs qui ont pris la tête du parti, et des "historiques" (ou "frondeurs") qui restent sur une ligne d'opposition, boycottant les différentes scrutins électoraux, se présentant comme les vrais fidèles de Gbagbo.

L'ancien président, âgé aujourd'hui de 72 ans, et Charles Blé Goudé, ancien chef du mouvement des Jeunes patriotes fidèles à Laurent Gbagbo, sont accusés de quatre chefs de crimes contre l'humanité: meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains. Les deux hommes ont plaidé non coupable.

Les violences avaient fait plus de 3.000 morts en cinq mois, entre décembre 2010 et avril 2011, dans les deux camps, lors de cette crise née du refus de l'ex-chef de l'Etat de céder le pouvoir à son rival Alassane Ouattara, reconnu vainqueur de la présidentielle de 2010.

Le procès, qui devrait durer trois à quatre ans, s'est ouvert le 28 janvier 2016 à La Haye. Laurent Gbagbo avait été livré à la CPI en novembre 2011, a souligné M. Hofmanski.

 


© Droits reservés
Chemise bariolée de rouge et de bleu, l'ancien homme fort d'Abidjan est apparu mercredi grisonnant et amaigri, les yeux fatigués. Un ample foulard marron autour du cou, il écoutait la lecture du résumé du jugement, l'accueillant avec des signes de tête et de légers sourires approbateurs.

L'ex-président ivoirien est accusé d'avoir fomenté une campagne de violences pour tenter, en vain, de conserver le pouvoir. Charles Blé Goudé aurait, lui, été à la tête d'hommes ayant tué et violé des centaines de personnes dans le but de maintenir Laurent Gbagbo à la tête du pays.

Cette crise, émaillée d'exactions perpétrées par les deux camps, avait paralysé pendant plusieurs mois ce pays, premier producteur mondial de cacao et moteur économique de l'Afrique de l'Ouest.

- Erreurs -

Les cinq juges de la chambre d'appel ont fait état d'"erreurs" commises par la chambre de première instance dans sa décision.

En mars, la défense avait demandé à nouveau la libération conditionnelle de l'ancien chef d'Etat, arguant qu'il était "déjà détenu depuis presque six ans" et qu'il souffrait de "maladies qui l'affectent tant physiquement que psychologiquement".

L'accusation avait répondu que Laurent Gbagbo pourrait "s'enfuir vers un territoire hors de la compétence de la Cour".

Les juges avaient alors décidé à deux contre un de le maintenir en détention.

Pour la chambre d'appel, ces trois juges n'ont pas pris en compte ni l'âge avancé de M. Gbagbo, ni son état de santé, a souligné M. Hofmanski. "La chambre de première instance aurait dû prendre en considération la durée que M. Gbagbo a passé en détention et (déterminer) si la détention de M. Gbagbo continue d'être raisonnable".

L'ancien président ivoirien restera en détention jusqu'à ce que la question soit réexaminée.

On ignore encore comment s'organiserait une éventuelle libération de M. Gbagbo, lui qui est obligé d'assister aux audiences. Son avocat Emmanuel Altit a assuré que toutes les options, y compris un retour en Côte d'Ivoire, restaient sur la table.
 
MOTS CLES :  Cpi   Laurent Gbagbo   Libération   Décision 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Ciné sous les étoiles – La La Land
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuTchad.com

SOCIETE

Société

CULTURE

Cinéma
Musique
Livres
Arts

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués